Assurance vie simulation – Les écoles privées demandent aux ministres de permettre à davantage de groupes d’âge de retourner en classe le mois prochain


Les chefs d’établissements privés demandent aux ministres de permettre à davantage d’élèves de rentrer le mois prochain, affirmant que leurs « mains sont liées » sans l’autorisation du gouvernement.

Les établissements payants ont fait pression sur le ministère de l’Éducation (DfE) pour leur donner une certaine flexibilité quant aux groupes d’âge qu’ils sont autorisés à accueillir de retour à partir du 1er juin. Mais ils disent que leurs plaidoyers sont tombés dans l’oreille d’un sourd, les laissant incapables de garantir la couverture d’assurance dont ils ont besoin pour rouvrir.

Le Premier ministre a déclaré que les écoles devraient se préparer à ouvrir aux élèves de la réception, de la première et de la sixième année pour retourner à l’école à partir du 1er juin, avec «l’ambition» que tous les élèves du primaire puissent être de retour en classe d’ici la fin du mois. .

Neil Roskilly, directeur général de l’Independent School Association, a déclaré que deux choses empêchent les écoles privées de suivre leur propre chemin.

« Le premier est que les ministres disent qu’ils s’attendent à ce que les écoles privées suivent le modèle des écoles publiques », at-il dit. « Et le second, ce sont les compagnies d’assurances qui refusent de couvrir la responsabilité légale des écoles si elles vont à l’encontre de la recommandation du gouvernement. »

«Les mains des chefs d’établissement sont liées» sans couverture de responsabilité de leurs assureurs, a-t-il expliqué. « Les compagnies d’assurance disent » nous ne vous couvrirons pas, ouvert à vos risques et périls « . C’est un vrai amortisseur. Certaines écoles cherchent à savoir si les parents peuvent signer un avertissement – mais vous ne pouvez pas ignorer la négligence.

« Si j’étais un parent et qu’on me demandait de signer une clause de non-responsabilité pour indemniser l’école à 100% contre une réclamation, je penserais à deux fois. Ce n’est pas une solution idéale. »

M. Roskilly a déclaré que dans certaines parties du pays, les chefs des conseils locaux qui s’opposent au retour du 1er juin ont écrit aux écoles privées ainsi qu’aux écoles publiques pour les mettre en garde contre l’ouverture.

« Le message qui revient en ce moment des ministres est qu’ils ne veulent pas considérer la variation », a-t-il déclaré. «Je pense qu’il y a beaucoup de sympathie, ils comprennent ce problème.

« Mais ce qu’ils ne veulent pas faire, c’est dire que les écoles indépendantes peuvent faire une chose et que les écoles publiques peuvent en faire une autre. Les académies, j’en suis sûr, aimeraient également avoir de la flexibilité.

«J’espère que quelque chose va changer avec cela d’ici juin. L’essentiel est qu’il serait sûr pour les écoles d’appliquer un niveau de variation. »

Christopher King, directeur général de l’Independent Prep School Association, a également déclaré que le manque de flexibilité du gouvernement se révélait difficile pour ses 670 membres.

Les écoles préparatoires ont déjà tendance à avoir des classes plus petites, a-t-il expliqué, ajoutant que beaucoup se trouvent dans des zones rurales avec « des quantités importantes » de plein air qui peuvent être utilisées pour la distanciation sociale.

«Nos écoles accueilleraient favorablement la perspective de ramener plus de groupes», a-t-il déclaré. «Pour bon nombre de nos membres, la transition clé se situe à la huitième année plutôt qu’à la sixième année, nous préférons donc les faire revenir.

«Nous avons fait des représentations auprès du ministère [of Education] et on nous a dit que nos vues étaient représentées auprès de ceux qui étaient au plus haut niveau.

« Mais on nous a dit que le gouvernement avait décidé que, pour la simplicité des messages, il fallait rester à la sixième année. »

M. King a déclaré que c’était une source de «considérablement de frustration» pour les chefs d’établissement privés de ne pas pouvoir agir de manière indépendante.

Un gouverneur de l’une des principales écoles privées du pays a déclaré Le télégraphe: «J’ai l’impression que les fonctionnaires sont pétrifiés de la réouverture des écoles indépendantes devant le secteur public, car cela montre la faiblesse du gouvernement de ne pas pouvoir tenir tête aux syndicats.»

Il a ajouté que les écoles privées devraient être autorisées à adopter une approche de bon sens pour la réouverture, ajoutant: « De plus en plus de gens réalisent que la vie doit continuer. Nous voulons juste y aller. »

Un porte-parole du DfE a déclaré: «Les plans pour un retour prudent et progressif de certains groupes d’âge à partir du 1er juin, au plus tôt, sont basés sur les meilleurs avis scientifiques et médicaux. Le bien-être des enfants et du personnel a été au cœur de toutes les décisions. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *