Assurance vie simulation – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats d’AZMT.MI 30-juil.-20 10 h 59 GMT


Milan 1 août 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats d’Azimut Holding SpA jeudi 30 juillet 2020 à 10 h 59 min GMT

Azimut Holding S.p.A. – PDG, responsable de l’administration et des finances, directeur financier et administrateur

Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur

Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions

Bonjour, c’est l’opérateur de la conférence Chorus Call. Bienvenue et merci d’avoir participé à la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre 2020 d’Azimut Holdings. (Instructions pour l’opérateur)

À ce stade, je voudrais céder la parole à M. Gabriele Blei, PDG d’Azimut Holdings. Allez-y, monsieur.

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [2]

Merci beaucoup et bon après-midi à tous. Comme toujours, nous commencerons à parcourir la présentation assez rapidement et vous laisserons ensuite tout le temps nécessaire pour les questions et réponses.

Si nous passons à la diapositive n ° 4, nous avons essayé de résumer les 3 principaux points à retenir des résultats du premier semestre 2020, que nous pouvons résumer dans le premier point étant les rendements pour les actionnaires, l’accent étant mis sur le fait que nous avons versé un dividende de 137 EUR. millions d’euros au premier semestre en plus de la réalisation de 44 millions d’euros de rachat, probablement l’une des très rares sociétés financières italiennes à pouvoir le faire.

Deuxième aspect, comme vous le savez tous, nous sommes une entreprise de personnes et une entreprise qui a dû traverser un moment très difficile au cours du premier semestre. Cependant, nous avons décidé de ne pas procéder à une réduction des effectifs de notre effectif. Personne n’a donc bénéficié de subventions ou de congés, et nous continuons de croire que nous devrons investir dans notre population et dans la génération future qui viendra.

Troisième point, nous avons réalisé un bénéfice net de 143 millions d’euros au premier semestre. Comme j’ai tenté de le faire valoir lors de la dernière présentation des résultats trimestriels, nous n’aurions pas cherché à actualiser l’objectif de 2020. Nous avons donc conservé 300 millions d’euros. Nous croyons que nous pouvons être sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de 300 millions de dollars que nous nous sommes fixé. Bien sûr, les marchés restent très imprévisibles, et par conséquent, nous devrons partir tous les mois comme dans un marathon.

Diapositive n ° 5, un aperçu rapide des résultats. Les marges de revenus résistent bien, reflétant une attention continue sur la qualité des actifs. Notre base d’actifs au deuxième trimestre 2020 a diminué de 3% d’une année sur l’autre ou de 3,6% d’un trimestre à l’autre. Nous parlons d’actifs gérés, qui atterrissent à 41,5 milliards d’euros.

Du côté des revenus, nous sommes plutôt satisfaits, en particulier sur la partie rouge du graphique, les marges de la composante récurrente se sont améliorées d’une année sur l’autre de 4 points de base à 179 points de base. Si l’on compare cela avec le premier trimestre de 2020, qui avait évidemment 2 mois de marchés normaux et 1 mois de conditions très incertaines, on compare 179 points de base à 180 points de base.

Si l’on va plus loin dans les détails, nous avons réalisé 26 millions d’euros de chiffre d’affaires d’assurance et un peu plus de 30 millions d’euros au deuxième trimestre en termes de commissions de performance. Je vous rappelle qu’il y avait 9 millions de dollars au premier trimestre et 29 millions d’euros au deuxième trimestre. Chiffre d’affaires total en hausse de 4% d’une année sur l’autre à 248 millions d’euros.

Passons à la diapositive 6. Les charges d’exploitation sont maîtrisées. Comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises, nous essayons de mettre en place une discipline dans la façon dont nous contrôlons les coûts et dans la façon dont nous investissons l’argent. Si nous regardons la situation globale, nous sommes passés de 148 millions d’euros au deuxième trimestre ’19 à 141 millions d’euros au deuxième trimestre 2020. Dans le détail, les coûts de distribution sont en baisse de 11%, et cela est dû à une diminution des investissements en marketing ou activité liée et associée au réseau ainsi qu’une réévaluation du principe comptable IFRS.

Si je regarde la ligne SG&A, nous pouvons être très satisfaits du résultat, étant donné que nous sommes stables d’une année sur l’autre, bien que d’une année à l’autre, le périmètre a changé avec des investissements importants, à la fois dans le projet Azimut Libera Impresa ainsi que dans la transaction M&A de nos activités à l’étranger.

Bénéfice net. Et la marge bénéficiaire nette, nous avons clôturé le deuxième trimestre avec 94,5 millions d’euros, en hausse de 18% par rapport à l’année précédente. Et avec le bénéfice – marge bénéficiaire nette de 91 points de base, nous avions atteint 45 points de base au T1 2020.

Passons à la diapositive n ° 7. L’accent est mis sur les flux gérés. Comme vous le savez tous, nous sommes une entreprise qui n’a pas de licence bancaire ni de services auxiliaires tels que les activités de courtage. Nous nous concentrons sur les actifs gérés. Et donc, pour nous, c’est une amélioration très clé que nous avons eue au deuxième trimestre 2020 du flux de gestion sur les entrées totales. L’essentiel de cet objectif est réalisé sur nos activités italiennes, même si nos activités à l’étranger, comme nous le verrons plus loin, ont démontré une bonne résilience au cours du mois le plus difficile et une bonne capacité à se redresser par la suite.

Passons à la diapositive 8. Le total des actifs du premier semestre a clôturé à 55,4 milliards d’euros, dont 15 millions d’euros, soit 27%, sont associés à notre présence internationale sur différents marchés. De toute évidence, cette composante, en dépit d’être dans le total de l’argent frais net, a eu un coup quand on regarde cela en termes d’euro, également par les mouvements de change que nous avons eus sur plusieurs marchés émergents.

En ce qui concerne l’activité italienne, la contribution en termes de flux a été plus élevée au cours du premier semestre, ce dont nous nous réjouissons, dont 1,8 milliard d’euros sont entièrement organiques, dont 1 milliard d’euros est lié à notre activité italienne.

Enfin, j’aimerais souligner en bas à droite du graphique où vous commencez à voir que notre répartition en termes de AUM comprend également désormais un pourcentage décent et croissant en termes d’actif alternatif vis-à-vis le total.

Passons à la diapositive n ° 9. Nous aimerions vous donner un peu de détails sur la transaction, qui a été annoncée hier avec le communiqué de presse. Nous avons conclu le premier accord dans notre entreprise américaine Azimut, partenaires de capital alternatif. Grâce à un effort incroyable de nos collègues aux États-Unis ainsi que de Vittorio, qui a été assez proche de l’accord. Donc, toute personne intéressée, la meilleure personne à qui parler est Vittorio plutôt que moi.

Le partenariat est avec Kennedy Lewis, un gestionnaire de crédit privé qui a, à ce jour, collecté 2,1 milliards d’euros en termes d’actifs sous gestion. Ils ont, jusqu’à présent, clôturé le premier fonds à 500 millions d’euros et est entièrement investi. Le deuxième fonds est en collecte de fonds depuis 2019. Ils ont augmenté leur capacité à plusieurs reprises compte tenu du succès de l’initiative de collecte de fonds, qui, jusqu’à présent, reposait sur leurs propres capacités à collecter des fonds auprès de différents types d’investisseurs, qui sont à l’échelle mondiale. propagé.

La cible de leur stratégie d’investissement est principalement des situations de retournement dans l’espace du crédit, visant un TRI compris entre 12% et 14%. Une équipe fantastique, que nous prendrons ensuite en charge de 28 personnes et 19 professionnels de l’investissement.

Une chose que je voudrais souligner, c’est que nous avons acquis une participation minoritaire d’environ 20% dans un certain nombre d’entités différentes, l’essentiel du produit. Ainsi, 90% sont consacrés à l’investissement de l’engagement du GP dans des fonds, et une part très mineure est une composante d’encaissement pour les partenaires fondateurs de Kennedy Lewis.

Avec cette première transaction, nous avons pu démarrer notre entreprise dans l’espace alternatif du marché américain. Nous avons un pipeline sain de transactions que nous examinons, tant dans le crédit que dans d’autres classes d’actifs alternatives, que nous vous informerons en temps voulu. Quel sera l’impact sur Azimut, c’est que nous consoliderons l’AUM de Kennedy Lewis au prorata. Par conséquent, environ 400 millions d’euros, et nous recevrons sur une base trimestrielle, la distribution des bénéfices. Ceci marque donc un certain nombre d’aspects différents, parmi lesquels l’augmentation du bénéfice récurrent du groupe. Nous serons en mesure d’élargir la gamme de fonds du marché privé que nous serons en mesure d’offrir à nos clients aux États-Unis, dans tous les pays où nous commercialiserons ces fonds. Et nous diversifierons géographiquement notre présence.

Dans la diapositive n ° 10, vous voyez les antécédents et les antécédents des partenaires et des employés de Kennedy Lewis. Plutôt satisfaits également de l’âge moyen de l’équipe, qui est dans la quarantaine, ils ont donc un long chemin devant eux.

Poursuivant l’examen du marché privé, nous avons essayé de résumer dans les prochaines diapositives, les dernières initiatives que nous avons développées. Le premier comprend les véhicules de démarrage que nous avons lancés. Azimut Digitec Fund, il se concentre sur le B2B dans l’espace informatique et est en partenariat avec le groupe Gellify. Nous sommes en phase de collecte de fonds et la taille cible est de 50 millions d’euros. Italia @ le fonds de capital-risque a déjà commencé le déploiement des actifs levés, 40 millions d’euros. Il cible principalement les clients de détail. Et le fonds a également l’avantage d’avoir l’avantage fiscal lié aux PME innovantes en Italie.

Diapositive n ° 12. Étape ultérieure, capital-investissement et infrastructure, quelques mises à jour ici. Demos I a été fermé à la fin de ce mois. Nous fermerons le fonds et commencerons le déploiement de l’argent et par conséquent, dans le prochain communiqué de presse de juillet, vous verrez la dernière tranche de la mine qui a été levée au cours de la dernière période.

AZ Eltif Ophelia, c’est un fonds de private equity très intéressant. Nous sommes probablement l’une des très rares sociétés à pouvoir commercialiser un fonds alternatif conforme au PIR. Et la taille cible est de 200 millions d’euros, et nous tenons à être aussi rapide que possible pour le déployer sur toute notre gamme de clients accessibles en raison – en particulier de l’angle PIR.

Enfin, le fonds d’infrastructure. C’est un fonds de 1 milliard d’euros à capacité maximale, conforme ESG avec l’effort actuel dédié à la collecte de fonds. Et nous recevons des signes encourageants de la part de différents investisseurs institutionnels. Ceci s’adresse principalement aux investisseurs professionnels et institutionnels. Enfin, nous avons rouvert notre fonds de dette privée après avoir reçu l’approbation du conseil pour une autre tranche de 50 millions d’euros.

Si nous passons ensuite à la diapositive 13, nous avons également été engagés au cours du premier semestre dans la structuration de 2 clubs deals. Premièrement, via Azimut Private Equity 1, qui est un véhicule qui participera à l’une des plus grandes transactions de pipe en Europe investissant dans INWIT, la société cotée, la taille cible est de 110 millions d’euros. Et il est réservé aux investisseurs qualifiés italiens et non italiens. L’autre transaction, nous sommes en phase de levée de fonds pour un véhicule qui ciblera le marché de l’assurance – Insurtech via une société cible spécifique de 33 millions d’euros.

Si l’on résume tout cela, vous voyez en page 14, la répartition de notre exposition en termes de classes d’actifs par catégorie. Et vous voyez comment un peu plus de la moitié du gâteau est consacré au crédit privé, le reste étant de 25% de private equity – fonds de fonds de private equity, 6% et capital-risque 2,4% avec notre investissement SPAC de 9% .

Nous sommes également très heureux du fait que par région, nous nous diversifions désormais, nous ne nous concentrons donc plus uniquement sur notre présence italienne, mais nous avons démarré notre entreprise américaine de manière très intéressante. Si nous nous tournons vers la gestion des actifs et la distribution, sur la diapositive 16, vous voyez comment, depuis le début de mars, nous avons pu récupérer de manière assez significative en termes de performances. Et ceci est une diapositive qui vous montre comment nous avons pu maintenir une performance entre 2019 et 2020 jusqu’à présent.

En ce qui concerne la distribution, les nouveaux revenus nets de notre société restent au sommet de l’industrie et continuent d’être en territoire positif. De toute évidence, l’industrie a souffert de la volatilité et du repositionnement de certaines entreprises en termes de priorités de ce qu’elles commercialisaient.

Passons à la diapositive 18. Nous avons pu, malgré les défis que nous avons dû vivre avec la distanciation sociale et la possibilité d’embaucher depuis des endroits éloignés, nous avons inséré 48 nouveaux collègues dans nos réseaux financiers en Italie, totalisant un peu plus de 1800 collègues à travers le pays. De notre activité internationale, nous voulions vous donner un aperçu rapide des derniers développements. Le Brésil, où nous avons vécu un moment très difficile pour le pays. Ils vivent probablement dans l’un des pires impacts géographiquement de l’urgence COVID. L’activité a plutôt bien résisté en termes de résilience à générer des entrées via notre réseau propriétaire, alors que nous avions subi, comme je l’ai mentionné en mai, des sorties de nos réseaux de distribution tiers.

Juillet sera probablement le premier mois où les deux chaînes bénéficieront d’un nouvel argent net positif. Nous cherchons donc enfin une meilleure situation. Ce que je voulais également souligner, c’est que pendant les mois d’avril et mai, comme prévu à l’origine dans les premières transactions que nous avons conclues en 2015, nous avons procédé à une restructuration de l’entreprise, par laquelle nous avons combiné la production et la distribution et leurs partenaires sous 1 toit, reproduisant le modèle à succès que nous avons en Italie. L’augmentation de notre participation a atteint 80% en termes de holding, et nous avons également convenu et retenu les personnes clés tant du côté de la distribution que du côté de la production avec des accords à long terme ainsi que de leur participation au capital. la société holding nouvellement constituée.

En ce qui concerne la région MENA. Nous avons été ravis de lancer le premier fonds conforme aux normes égyptiennes Equity UCITS, qui permet à un certain nombre d’investisseurs différents synchronisés d’accéder à ce marché émergent. Et la taille cible est de 50 millions de dollars en termes de gestion des actifs. Notre entreprise turque a également enregistré un premier semestre très intéressant, atteignant le niveau de marge bénéficiaire nette le plus élevé depuis que nous opérons en Turquie à partir de 2011, et a pu collecter de l’argent frais net chaque mois de 2020.

Singapour a également très bon développement de notre activité là-bas. Nous avons recruté des équipes au cours des derniers mois et années, qui ont finalement donné des résultats très intéressants, et l’activité y a atteint près d’un milliard d’euros, après avoir collecté plus de 600 millions d’euros au premier semestre 2020.

Enfin, au Chili, nous avons obtenu, après une très longue période, malheureusement, nous ne nous attendions pas à ces retards, mais nous sommes patients. Et nous cherchons à établir notre présence sur le long terme, mais nous avons pu obtenir la licence pour opérer en tant que gestionnaire d’actifs local.

Comme toujours, je laisse la parole à Alessandro pour un aperçu de notre compte de résultat et de notre situation financière nette.

————————————————– ——————————

Alessandro Zambotti, Azimut Holding S.p.A. – PDG, responsable de l’administration et des finances, directeur financier et directeur [3]

————————————————– ——————————

Merci Gabriele et bon après-midi à tous. Donc, comme d’habitude, nous passons à la diapositive 21, donc le compte de résultat consolidé classé. Nous venons d’approuver le premier semestre 2020, avec un bénéfice net consolidé de 143 millions d’euros, probablement au-dessus également des attentes du marché. Nous avons 28 millions d’euros de moins, si l’on compare les résultats avec le premier semestre 2019, mais 14,5 millions d’euros de plus si l’on compare le deuxième trimestre 2020 avec le deuxième trimestre 2018.

Retour à la [answer] ces 28 millions d’euros, comme vous pouvez le voir, s’expliquent principalement par la variation – la variation négative que nous avons enregistrée sur les frais variables. Comme vous pouvez le voir, nous avons 47 millions d’euros de moins. Mais en réalité, malgré cet impact négatif, nous avons pu augmenter nos honoraires récurrents de 21 millions d’euros. Nous avons augmenté nos revenus d’assurance de 13 millions d’euros, maintenant ainsi une marge stable et également avec un impact positif des commissions de performance (inaudibles).

Et de l’autre côté, je pense qu’il est important de souligner les coûts d’exploitation qui (inaudibles) et vous pouvez voir que nous sommes stables et (inaudibles) pour être précis, 2 millions d’euros de moins, si on compare le 2020 avec 2019. Ce [attention] bien sûr, vous pouvez voir que nous avons une réduction des coûts de distribution, grâce au contrôle des coûts le plus bas [equipment] cela a évidemment impacté le deuxième trimestre ainsi que l’impact IFRS.

Et c’est probablement plus et c’est important, permettez-moi de dire, c’est important de rechercher les coûts administratifs jusqu’au premier trimestre 2020. Vous ne l’avez pas sur la diapositive. Mais si vous vous en souvenez, nous avons enregistré 42,7 millions d’euros. Donc, si nous comparons avec le deuxième trimestre 2020, nous avons une réduction de près de 1 million d’euros. Donc ici, nous démontrons et essayons de corriger ce que nous avions déjà prévu notre attention sur le coût.

Et aussi sur la dépréciation et l’amortissement, je veux dire, encore une fois, de retour au premier trimestre 2020, nous sommes stables. L’effet de positivité que nous [resisted] au deuxième trimestre est également liée à la perte que nous avons comptabilisée au premier trimestre 2020. Comme vous vous en souvenez, nous avons été impactés par l’aspect négatif du marché sur nos liquidités investies dans notre fonds de portefeuille. Ainsi, ce trimestre, nous avons récupéré près de 8 millions d’euros de cette perte.

Sur l’autre ligne, je pense qu’il n’y a rien de spécial à ajouter. Les frais d’intérêts, comme vous le savez, nous avons augmenté notre dette. Par conséquent, vous pouvez voir la variation qui y est expliquée.

À l’avenir, par conséquent, nous passons à la situation financière nette. Nous sommes négatifs de 84 millions d’euros. Au niveau de l’endettement, nous n’avons pas de variation significative, si ce n’est que nous avons remboursé notre dette de 7,5 millions d’euros fin juin liée à l’amortissement du prêt BPM. Et en général, en imputant le bénéfice net, évidemment, du premier semestre à la trésorerie et équivalents de trésorerie du 31 décembre 19, nous devons considérer que nous payons un dividende important de 140 millions d’euros. Nous réalisons un programme de rachat en février, mars 2020 de 45 millions d’euros. Et aussi, nous avons eu 56 millions d’euros de fusions et acquisitions. Et aussi, nous anticipons un impôt de 41 millions d’euros. Par conséquent, nous expliquons ici l’évolution de notre trésorerie qui a compensé la dette. C’est négatif.

Je vais revenir à Gabriele.

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [4]

————————————————– ——————————

Merci et bon travail. Donc, si nous passons aux deux dernières diapositives, à la page 24, comment allons-nous jusqu’à présent? Ici, il ne s’agit que d’un résumé de ce qu’était le deuxième trimestre par rapport au premier trimestre de 2020 en termes d’entrées d’actifs, de revenus et de bénéfice net. Mais surtout, nous voulons montrer et nous rappeler à tous comment le modèle commercial a pu, pendant des moments très difficiles et différents moments de son histoire, se remettre et progresser encore plus pendant ces moments.

Le total des actifs est donc en hausse de 8%. Entrées nettes, plus de 170%. Revenus, plus 9%. Et le bénéfice net, plus 95%. Vous voyez comment ces chiffres sont similaires dans les années de reprise après une période de volatilité extrême sur le marché ou des situations particulières.

En ce qui concerne le résumé et les perspectives de la page 25. Nous avons fait évoluer le modèle commercial comme nous l’avons vu en 2019. Et comme nous avons essayé de vous l’expliquer tout au long des derniers appels et de la journée des investisseurs, nous voulions sortir une entreprise plus résiliente , avec une activité plus diversifiée toujours rentable, comme toujours, et avec un accent sur la récurrence de notre génération de frais et donc, le cash-flow.

L’entreprise italienne a prouvé sa résilience. Nous avons eu – nous sommes heureux et nous remercions notre conseiller [AB] réseaux et tous nos conseillers financiers, qui ont su s’adapter au nouvel environnement. Cela n’a pas été facile, mais ils avaient fait un travail incroyable avec leurs clients. Jusqu’à présent, 12000 nouveaux clients et 48 nouveaux conseillers financiers au premier semestre se sont fortement concentrés, et ce sera encore plus au second semestre de l’année sur les flux gérés et en essayant de se concentrer sur des produits qui peuvent offrir une marge plus élevée pour le Entreprise.

Comme toujours, le contrôle des coûts est dans notre esprit, et nous commençons – et nous avons lancé au cours du premier semestre un certain nombre d’actions qui donneront certains résultats en temps voulu, ce que nous ne divulguons pas pour le moment. Mais chaque fois que nous serons en mesure de démontrer des chiffres tangibles, nous serons plus que bienvenus pour partager et discuter avec vous.

Enfin, nous avons achevé l’exercice de réhébergement de notre infrastructure informatique au pire moment de notre histoire en termes de stress informatique, compte tenu de la situation qui a dû mettre beaucoup d’efforts sur notre démarche de digitalisation et d’automatisation.

Sur notre activité internationale, nous avons heureusement une exposition très répandue, ce qui a démontré la capacité de différents marchés à sortir plus forts et plus rapidement dans différentes phases de l’urgence COVID. Nous constatons une amélioration des tendances en termes d’actifs ainsi que la génération de frais récurrents. La reprise de nos activités en Asie, à Singapour ainsi qu’en Australie et en Turquie dans la région MENA est un exemple clair de la façon dont nous sommes en mesure de gérer les entreprises de manière intégrée à travers différents cycles de marché.

Comme je l’ai mentionné, nous avons terminé l’exercice de combinaison au Brésil. Et net-net, cela a produit 47% des entrées nettes mondiales depuis le début de l’année. À la suite de la diapositive 26, les marchés privés reflètent notre proactivité vis-à-vis de différents environnements. Nous avons lancé un certain nombre de produits et d’initiatives que nous avons essayé de résumer dans cette présentation. Nous investissons dans des entreprises via notre fonds VC italien (inaudible), et nous espérons pouvoir annoncer la première transaction dans notre fonds PE, Demos I, le premier fonds de capital-investissement que nous avons lancé en octobre 2019.

Et last but not least, encore une fois, nous avons commencé notre empreinte sur le marché privé aux États-Unis avec la transaction des zones Canada-États-Unis sur lesquelles nous nous concentrerons, en particulier au cours de la seconde moitié de l’année, nous travaillons, comme je l’ai mentionné lors notre dernier appel, nous n’avons pas révisé la cible. Nous n’avons pas retiré nos mains de la table, mais nous n’avons pas jugé opportun de mettre à jour, de quelque manière que ce soit, notre objectif de 300 millions d’euros. Nous sommes restés avec les 300 millions d’euros en tête. Nos collaborateurs travaillent avec 300 millions d’euros en tête, même si les marchés restent très imprévisibles.

Nous continuons à nous concentrer sur l’amélioration de notre base de coûts, et nous mettons en place un certain nombre d’actions, tant dans la ligne de coûts de distribution que dans les frais de vente et d’administration. Les activités institutionnelles seront un futur moteur de croissance et d’augmentation des bénéfices, et nous continuons à rechercher et à sélectionner des opportunités et des transactions potentielles de fusions et acquisitions dans différents pays.

Enfin, nous accélérons notre initiative de marché privé. Et en fait, vous pouvez le voir sur la dernière diapositive de cette présentation, où nous en sommes aujourd’hui à 1,7 milliard d’euros en termes d’actifs sous gestion. Nous sommes partis de 0,6 milliard d’euros fin 2019. Nous avions pour objectif, comme vous vous en souvenez probablement, d’atteindre 2 milliards d’euros d’ici 2020. Nous sommes donc tout à fait sur la bonne voie par rapport à notre objectif à court terme, bien que le principal L’objectif que nous voulons atteindre sont les objectifs à long terme de 2024.

Sur ce, je vous laisse la parole pour toutes les questions / réponses.

=================================================== ===============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l’opérateur) La première question vient d’Alberto Villa, Intermonte.

————————————————– ——————————

Alberto Villa, Intermonte SIM S.p.A., Division Recherche – Responsable de l’équipe analystes [2]

————————————————– ——————————

J’ai quelques questions. Le premier concerne les revenus d’assurance qui augmentent assez bien. Je me demandais si vous pouviez nous donner une idée du taux de rotation actuel ou s’il y avait des raisons spécifiques pour lesquelles le deuxième trimestre a été si fort? Et le second concerne le coût de distribution. Vous avez mentionné le changement de comptabilité. Je me demandais si vous pouviez nous fournir une certaine quantification de l’avantage que vous avez obtenu au deuxième trimestre et comment nous devrions modéliser à l’avenir, cet article pour tenir compte du changement de comptabilité et de ce changement de compte. Le troisième concerne la transaction annoncée hier entre le Canada et les États-Unis. Je ne sais pas s’il est possible d’avoir une indication du prix. Mais dans tous les cas, la société a récemment augmenté ses actifs de manière très significative. Vous attendez-vous donc à ce que ce type de croissance soit durable à l’avenir? Et si cette transaction est en quelque sorte, disons, un plan pour d’autres transactions aux États-Unis, vous attendez-vous à ce que quelque chose se produise d’ici la fin de cette année sur une base similaire? Et enfin, ma question porte sur l’explication de la situation financière nette. Vous avez évoqué 55 millions d’euros de fusions et acquisitions. Je me demandais si vous pouviez nous donner des détails sur l’endroit où vous déployez cet argent? Et si vous pouvez nous donner une idée de la date à laquelle le retrait est prévu de la transaction Canada-États-Unis?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [3]

————————————————– ——————————

D’accord. Permettez-moi de commencer par les relations canado-américaines. Nous avons essayé à deux reprises d’obtenir le prix de la transaction. Le prix n’est pas divulgué pour des raisons de confidentialité avec nos partenaires. Ce que je peux vous dire, c’est que nous sommes parvenus à un accord qui dure depuis longtemps avec les partenaires fondateurs. Comme je l’ai dit, la majeure partie des recettes va dans les engagements GP. Il n’y a donc pratiquement pas de retrait. Ces personnes sont dans leur phase de croissance. Ils ont lancé le premier fonds et le deuxième fonds. Ils clôturent ces fonds. Ils atteindront probablement 2,5 millions d’euros avec la clôture du deuxième fonds. Ils ont déjà dans le pipeline, 1/3 de produits à lancer, disons, entre septembre et octobre de cette année. L’idée que nous avons partagée avec eux est donc de pouvoir courir ce marathon avec eux, qui devrait envisager une voie de croissance forte devant nous en termes de génération de produits et de levée d’actifs.

Si nous serons en mesure de conclure d’autres transactions, probablement, cela présente des similitudes avec ce que nous avons fait en Australie en 2016. La première transaction a été assez complexe à réaliser et à conclure. Celui-ci probablement, nous avons eu un peu d’expérience de notre côté donc – et d’excellents collègues aux États-Unis. Cela s’est donc déroulé plus facilement en termes de négociation et de calendrier de la transaction. Nous prévoyons que cela commencera à générer une certaine traction avec les autres discussions que nous avons en place. Je ne peux pas dire maintenant si nous serons en mesure de clôturer quoi que ce soit avant la fin de l’année, mais nous travaillons clairement à conclure la meilleure transaction – aux meilleures conditions, si possible.

En termes de situation financière nette, les 55 millions d’euros de transaction M&A, l’essentiel couvre le Brésil, l’exercice de regroupement. Et donc, les accords d ‘«option» que nous avions en place depuis le tout début de notre aventure là-bas. Il y a – et puis il y a une transaction effectuée en Australie au cours du trimestre.

En ce qui concerne la ligne des revenus de l’assurance, il y a – il y a deux aspects. Nous avons certainement pu maintenir le niveau de marge également dans les revenus d’assurance. Donc pas seulement sur les revenus récurrents que vous voyez de nos fonds communs de placement. Mais d’un trimestre à l’autre, le niveau de marge malgré la baisse de la base d’actifs due à la performance du marché est resté stable. De toute évidence, nous avons atteint un niveau décent de commission de performance également dans notre activité d’assurance, qui, au cours du semestre, représente environ 9,5 millions d’euros.

Enfin, en ce qui concerne les coûts de distribution, je vais essayer de vous donner une idée de ce que nous avons fait, puis je laisse à Alessandro, s’il veut ajouter un autre élément. Nous évaluons essentiellement avec nos vérificateurs et la capacité d’amortir le coût du recrutement, en comparant cela avec la durée de vie prévue du flux de production de revenus du client, disons-le. Ainsi l’appariement des 2 a produit un meilleur alignement de notre capacité à amortir le coût du recrutement ainsi que, voire mieux, vis-à-vis de la génération de revenus que nous sommes en mesure de tirer de tout actif que nous gérons à partir de notre clientèle. C’est donc un aspect, évidemment, qui a conduit à la baisse du coût de distribution, y compris aussi, comme Alessandro l’a évoqué lors de sa présentation, à moins de dépenses marketing, moins d’événements, moins d’activité de recrutement, évidemment, ce qui a impacté le premier semestre. .

————————————————– ——————————

Opérateur [4]

————————————————– ——————————

La question suivante est posée par Hubert Lam de Bank of America.

————————————————– ——————————

Hubert Lam, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – VP [5]

————————————————– ——————————

J’ai aussi quelques questions. Premièrement, sur la question de suivi sur les coûts de distribution. Alors, ont-ils vendu 10 millions d’euros sur un an? Dans quelle mesure cela est-il dû au – pour revenir à la question initiale, quelle part est attribuable aux économies de coûts? Et combien diriez-vous est dû au changement comptable? Et si nous devrions utiliser les 18 millions d’euros, je suppose, pour le trimestre comme une sorte de nouvelle base à l’avenir? La deuxième question concerne le point sur les commissions de performance. Peut-être pouvez-vous nous donner en termes de commissions de performance de juillet, si nous sommes dans ce haut de gamme aujourd’hui, combien obtiendrez-vous? Et aussi, pouvez-vous confirmer que la modification du calcul de la commission de performance n’aura pas lieu cette année et que vous percevrez probablement plus de commissions de performance pour le reste de l’année? La troisième question, encore une fois, concerne Kennedy Lewis. Je crois comprendre que vous atteindrez environ 20% des bénéfices futurs de l’entreprise. Je voulais juste avoir une idée des bénéfices que Kennedy Lewis a réalisés récemment uniquement pour les modèles? Et enfin, sur l’objectif de profit de 300 millions d’euros. C’est – pour y parvenir, vous auriez à gagner plus que ce que vous avez fait dans la première moitié de l’année. Vous vous demandez simplement d’où vous pensez que les revenus supplémentaires vont provenir?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [6]

————————————————– ——————————

Merci, Hubert. En ce qui concerne le coût de distribution, nous examinons probablement quelque chose qui est à 50-50 en termes d’impact IFRS ainsi que tous les autres aspects que j’ai mentionnés auparavant. En ce qui concerne la commission de performance, comme vous le savez, nous ne commentons pas la possibilité de générer une commission de performance sauf si le mois a été clôturé. Malheureusement, il nous reste encore 2 jours. Et l’imprévisibilité que nous constatons sur le marché et la forte volatilité qui revient ces derniers jours suggèrent une approche plus conservatrice que jamais. Alors permettez-moi de ne pas répondre à cette question parce que c’est trop risqué.

En ce qui concerne le – vous aviez un autre aspect que vous vouliez discuter de la commission de performance. Désolé, je l’ai oublié.

————————————————– ——————————

Hubert Lam, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – VP [7]

————————————————– ——————————

Oui. À propos des changements de calcul. Est-il maintenant supposé que cela va commencer peut-être l’année prochaine au lieu de quelque temps (inaudible) en H2?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [8]

————————————————– ——————————

Ecoutez, encore une fois, comme nous avons eu la chance de discuter, c’est quelque chose que j’ai arrêté de parier sur la date ou le jour où nous aurons effacé tout cela avec notre CSSF. L’attente qui va effectivement se fermer dans le courant de 2020. Là encore, ça va probablement être quelque chose que l’on verra au second semestre évoluer progressivement vers le nouveau système, et c’est un peu un retard vis-à-vis notre attente initiale du premier semestre 2020, comme je l’ai parfois mentionné. Mais je suppose qu’un certain nombre de choses différentes ont été retardées étant donné la situation.

Canada-États-Unis, c’est une entreprise très rentable, surtout si l’on considère les résultats que ces types ont obtenus jusqu’à présent avec leurs fonds existants et les attentes qu’ils doivent être en mesure de lever des fonds supplémentaires. Nous nous attendons à ce qu’ils continuent de générer des bénéfices importants. Et je dois dire que nous avons toutes les raisons de croire qu’elles vont être parmi les meilleures sociétés alternatives dans leur classe d’actifs. C’est donc ce qui nous a intéressé ainsi que l’incroyable expertise de l’équipe et l’alignement sur certaines valeurs fondamentales qui sont très importantes pour nous.

L’objectif de 300 millions d’euros, c’est quelque chose dont – je ne sais pas comment vous voulez discuter. Mais pour nous, c’est le seul objectif que nous ayons en tête. Tout le reste, nous pouvons l’oublier, mais 300 millions d’euros, c’est ce que nous avons répété à plusieurs reprises comme étant le niveau de bénéfices que cette organisation doit générer. Cela signifie que nous devons faire au moins le même montant de profit, sinon plus, de ce que nous avons enregistré au premier semestre. Les maths ne mentent pas. Nous ne pouvons donc pas revenir en arrière et nous détendre en vacances. Nous devons juste travailler et travailler dur pendant la seconde moitié de l’année et essayer d’y parvenir.

————————————————– ——————————

Hubert Lam, BofA Merrill Lynch, Division de la recherche – VP [9]

————————————————– ——————————

C’est suffisant. Revenons donc à Kennedy Lewis. Quels étaient alors les gains en 2019?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [10]

————————————————– ——————————

A ce stade, nous ne le divulguerons pas, Hubert.

————————————————– ——————————

Opérateur [11]

————————————————– ——————————

La question suivante est de Luigi De Bellis d’Equita SIM.

————————————————– ——————————

Luigi De Bellis, Equita SIM S.p.A., Division de la recherche – Co-responsable de la recherche [12]

————————————————– ——————————

Juste une question sur les affaires internationales. Pourriez-vous fournir une mise à jour de la tendance des nouveaux capitaux nets pour les principaux [country thing] premier semestre et les attentes pour les mois à venir et une mise à jour sur le chiffre d’affaires et la rentabilité des activités internationales au premier semestre?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [13]

————————————————– ——————————

Sûr. Aucun problème. Le – si vous voulez, je vais vous donner les 3 principaux pays dans lesquels nous avons collecté de l’argent. Hong Kong, comme je l’ai dit, en excès – désolé, Singapour, comme je l’ai dit, plus de 600 millions d’euros. L’Australie a collecté 300 millions d’euros et la Turquie 150 à 160 millions d’euros. Nous avons eu, au premier semestre, comme je l’ai dit lors de la présentation, une certaine volatilité dans notre activité brésilienne, qui est en train de revenir et, par conséquent, nous prévoyons de récupérer ce que nous avons perdu jusqu’à présent. Et au niveau des marges de nos métiers, nous avons clairement enregistré une bonne amélioration dans plusieurs pays qui ont atteint ou dépassé nos attentes, en termes de rentabilité et de marges. Nous espérons et espérons qu’ils pourront continuer avec cette tendance. Par conséquent, je ne dirais pas que, nette de l’activité de commission de performance dans nos sociétés de gestion d’actifs à travers le monde, qui a évidemment été modérée par rapport à l’année précédente, la rentabilité sous-jacente est stable, voire en amélioration.

————————————————– ——————————

Opérateur [14]

————————————————– ——————————

La question suivante est d’Elena Perini, Intesa.

————————————————– ——————————

Elena Perini, Intesa Sanpaolo Equity Research – Analyste de recherche [15]

————————————————– ——————————

Oui. J’ai 1 question et une demande de suivi. La question porte sur la recommandation que vous devriez faire début juin par l’ESRB sur les dividendes et les rachats. À la lecture du document, il semble que les sociétés financières non placées sous la supervision des autorités bancaires ou d’assurance soient également intéressées. Alors je me demandais si vous aviez des idées, [what] vous avez déjà payé votre dividende 2019 et vous avez déjà effectué un rachat, mais vous êtes également intéressé à poursuivre le rachat. Alors si vous pouvez nous donner un peu plus de couleur sur ce point. Et puis j’ai une demande de suivi concernant les commissions de performance et le changement de calcul. Au début de l’année, j’ai cru comprendre qu’environ la totalité de la gamme de vos fonds aurait été passée à la nouvelle méthode d’ici la fin du mois de juin. Mais si j’ai bien compris maintenant, ce n’est pas comme ça. Alors juste pour avoir une clarification sur ce point.

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [16]

————————————————– ——————————

Merci, Elena. Pour ce qui est du dividende et du rachat, nous avons certainement été témoins, comme vous, de la recommandation émise par les différents organismes. Et en effet, cela a limité la capacité d’un certain nombre d’institutions financières différentes à être en mesure de verser des dividendes. Comme vous le savez, certaines compagnies d’assurance ont versé des dividendes. Nous ne sommes pas, permettez-moi de dire, classés comme une banque. Et en fait, nous ne le sommes pas. Et nous sommes hors du règlement CRD IV. Et par conséquent, les holdings ne sont pas sous la surveillance de la Banque d’Italie. Jusqu’au bout, je soupçonne, mais je vais vérifier cela avec nos collègues juristes, nous avons alors pu procéder à notre rachat et au versement de dividendes. Que ce soit contre la recommandation, j’en doute, car nous ne l’aurions pas fait, sinon. Mais nous avons estimé que compte tenu des flux de trésorerie que nous avons générés, compte tenu de l’annonce initiale, qui a été faite en – avec les résultats de l’année complète puis approuvés par l’AGA, nous avons senti que nous étions en mesure de maintenir notre engagement avec notre actionnaires, tant en termes de dividendes que de programmes de rachat. Je vous rappelle que lors de la dernière AGA d’avril 2020, nous avons également reçu l’approbation d’un autre programme de rachat avec la possibilité de dépasser le seuil de 25% en raison de ce qui a été approuvé lors de l’AGA. Nous maintenons donc, permettez-moi de dire, une flexibilité totale, et nous observons la situation ainsi que la capacité de générer des flux de trésorerie de l’entreprise. Et nous prenons nos décisions en conséquence, en les soumettant à notre conseil d’administration ainsi qu’à notre AGA.

Commission de performance, oui, nous nous attendions à ce que la majeure partie de – le reste des fonds, les fonds luxembourgeois passent par le nouveau système d’ici la première moitié ou, disons, l’été de cette année. Et je suis un peu gêné de dire que cela ne s’est pas produit simplement à cause de certains retards causés par l’urgence COVID, qui ont évidemment occupé certaines personnes à faire autre chose. Et nous avons, encore une fois, comme toujours, un très bon dialogue avec la CSSF. Et c’est très constructif. Et je pense que nous sommes en mesure de dire que d’ici la fin de l’année, certainement, et il est certainement tout à fait écrit dans la pierre à cette page en raison de l’interaction que nous avons. Nous transférerons les fonds restants vers le nouveau système.

————————————————– ——————————

Opérateur [17]

————————————————– ——————————

La question suivante est de Gian Ferrai de Mediobanca.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [18]

————————————————– ——————————

Gabriele, encore une fois, sur les coûts de distribution. Ce 38% est le plus bas jamais enregistré. J’ai donc compris ce que vous avez dit à propos des nouvelles règles IFRS 15. Vous l’avez déjà utilisé il y a 2 ans, passant de 3 à 6 ans. Quel est le nouvel horizon temporel dont vous discutez avec les auditeurs? Est-ce que ça va prendre 8, 10 ans, qu’est-ce que vous envisagez? Et lié à cela, avez-vous recalculé également celui pour Q1 et Q2, donc le paiement de 38% calcule déjà les nouvelles règles à partir du 1er janvier, donc il y a aussi ce genre d’avantage ici? Le deuxième concerne les assurances. Je veux dire, le résultat de l’assurance est en hausse de 37% en rythme trimestriel avec le reste de l’entreprise, en hausse de 6%, frais de performance compris. Ce ne sont donc pas exactement les commissions de performance qui expliquent cette croissance. La question est donc de savoir si vous pouvez répartir le résultat d’assurance de 26,3 millions d’euros entre la course à pied et la performance et potentiellement aussi l’évolution trimestrielle? Afin de calculer et de comprendre si cela est durable ou non et qu’est-ce qui a motivé cela? Aussi parce que la durée de vie moyenne AUM a baissé de 1% Q-sur-Q. La dernière question porte sur les 300 millions d’euros d’orientation. Je veux dire, il semble que maintenant, les 300 millions d’euros sont calculés avec quelque chose de différent de ce que nous savions concernant la modification du calcul des commissions de performance. Une nouvelle norme comptable est appliquée aux coûts de distribution. Est-il judicieux de réitérer l’orientation de 300 millions d’euros? Il semble que nous comparions un peu la pomme aux poires?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [19]

————————————————– ——————————

D’accord. Donc, sur les coûts de distribution, je dirais que l’exercice que nous avons fait avec – avec nos – avec les auditeurs indique, en effet, le délai que vous avez suggéré, simplement parce que la relation avec nos clients est en moyenne même au-delà de cette plage. Nous ne voulions donc pas trop insister sur ce point, mais nous restons du côté conservateur car nous aurions pu même augmenter cela au-delà. Mais la prudence-y dans le traitement comptable de cette ligne de coût de recrutement a été considérée comme comprise entre 8 et 10 ans.

Les revenus de l’assurance. Alors oui, il a augmenté décemment. Nous sommes – si vous retirez la commission de performance du premier semestre 19, vous auriez une ligne de revenus de 29 millions d’euros, alors qu’elle se compare au premier semestre 2020 de 35 millions d’euros x commissions de performance, en gros.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [20]

————————————————– ——————————

Désolé, le niveau des commissions de performance au T2 en assurance sur les 26,3 millions d’euros, à combien s’élevait la composante de commission de performance?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [21]

————————————————– ——————————

Au deuxième trimestre? Quelle année? Désolé.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [22]

————————————————– ——————————

Q2 ’20.

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [23]

————————————————– ——————————

Q2 ’20, d’accord. Au deuxième trimestre 2020, nous avions 8,5 millions d’euros – 8 millions d’euros.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [24]

————————————————– ——————————

Et au premier trimestre, désolé. Combien de …

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [25]

————————————————– ——————————

1 million d’euros.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [26]

————————————————– ——————————

D’accord. Ça a du sens. Est-il exact que vous avez recalculé le coût de recrutement également pour Q1 et que l’avantage a été intégré dans Q2?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [27]

————————————————– ——————————

Oui. Non, le bénéfice est réparti sur Q1 et Q2. Et puis cela se poursuivra pour la seconde moitié de 2020. Donc Q3 et Q4.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [28]

————————————————– ——————————

Il ne s’applique qu’à partir du T2. Q1 sera toujours les anciennes règles, non?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [29]

————————————————– ——————————

Non. Non. Il s’applique Q1, Q2, Q3, Q4.

————————————————– ——————————

Gian Luca Ferrari, Mediobanca – Banca di credito finanziario S.p.A., Division de la recherche – Analyste actions [30]

————————————————– ——————————

Oh, donc vous avez déjà commencé en janvier et février et mars. D’accord.

————————————————– ——————————

Opérateur [31]

————————————————– ——————————

La question suivante vient d’Angeliki Bairaktari d’Autonomos Research.

————————————————– ——————————

Angeliki Bairaktari, Autonomous Research LLP – Analyste [32]

————————————————– ——————————

Il ne reste que quelques éclaircissements de mon côté, s’il vous plaît. Juste sur les commissions de performance. Pour éviter toute ambiguïté, combien des 30 millions d’euros que vous avez réservés ce trimestre relevaient de l’ancienne méthodologie? Et combien de fonds dont vous disposez au Luxembourg sont passés à la nouvelle méthodologie, s’il y en a pour le moment? Je ne sais pas combien de vos fonds luxembourgeois sont déjà passés à la nouvelle méthodologie par rapport à lesquels – combien d’entre eux seront transférés, espérons-le, d’ici la fin de l’année, si vous pouvez clarifier cela, s’il vous plaît? Et ensuite, qu’est-ce qui explique la force de la marge sur les frais récurrents par rapport à la vigueur de la marge des frais de gestion récurrents que nous avons constatée ce trimestre? Et faut-il maintenant prendre le niveau Q2 comme un niveau soutenable pour la seconde moitié de l’année? Et 1 – troisième question. Le nombre de conseillers financiers n’a augmenté que de 2 personnes d’un trimestre à l’autre, mais vous avez embauché 17 personnes au deuxième trimestre. Cela indique donc un taux de désabonnement assez élevé. Pouvez-vous nous expliquer ce qui se passait au deuxième trimestre? Et à combien d’embauches devons-nous nous attendre pour le reste de l’année?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [33]

————————————————– ——————————

D’accord. Merci beaucoup. Permettez-moi de commencer par la dernière question sur le taux de désabonnement. Le taux de désabonnement semble très élevé dans le chiffre mixte, bien que si nous examinons les détails, nous avons prévu un nombre assez important de départs à la retraite au deuxième trimestre. Il n’y a donc pas eu de saute à la hausse en termes de taux de désabonnement. Je vous rappelle que nous travaillons toujours avec le taux de désabonnement qui, y compris la retraite, se situe entre 4,5% et 5% sur une base annuelle. En ce qui concerne le recrutement de la seconde moitié de l’année, nous avons un certain nombre d’initiatives différentes en place. Nous espérons pouvoir recruter des personnes supplémentaires. Nous nous penchons beaucoup sur la qualité des personnes que nous embauchons, même si l’imprévisibilité de la situation met clairement un peu de doute sur le moment où nous clôturerons cette négociation. Donc, si je dois dire, réitérer les 150 ajouts que nous avons – 120, 150 ajouts que nous avons généralement, j’aurais tendance à aller du côté conservateur pour cette année.

Puis question n ° 2, la force de la marge. C’est, du moins pour moi, le point clé de nos résultats car il montre la résilience, clairement, le fait que nous sommes capables de gérer nos clients grâce à des fonds flexibles capables de modifier l’allocation d’actifs assez rapidement mais de maintenir le même niveau. de marge explique, dans une certaine mesure, la résilience de la marge au T1 par rapport au T2. Je dois dire que lorsque nous étions en mars avec Alessandro, nous disions que les marges vont probablement s’éroder davantage ou davantage dans les mois à venir. Cela ne s’est pas produit en raison, de toute évidence, du mouvement du marché et parce que les fonds flexibles ont pu conserver les actifs, maintenir les clients investis et profiter de la reprise du marché. Et c’est probablement la raison pour laquelle nos clients ne sont pas encore dans une situation très négative en termes de performances depuis le début de l’année.

Est-ce durable? Dites-moi où va le marché et j’essaierai de répondre à cette question. Malheureusement, je ne peux pas être très précis. Évidemment, si nous réitérons les 300 millions d’euros, cela signifie que nous allons travailler avec nos conseillers pour au moins conserver le même niveau de marge, mais croisé les doigts en termes de volatilité sur le marché.

Commission de performance. Je ne pense pas avoir bien compris la question, mais je vais essayer d’y répondre. Je pense que le nouveau système, toute commission de performance que nous pourrions réserver, serait réservée le dernier jour du quatrième trimestre de chaque année. Le transfert des fonds dans le nouveau système n’a donc eu aucun impact en termes de génération de commissions de performance. Tout ce qui reste en termes d’ancien système est de facturer des frais de performance sur une base mensuelle, comme vous en avez toujours été habitué. On s’attend donc à ce que la moitié des fonds restants, je dirais, encore sur le nouveau – désolé, sur l’ancien système, soit transférée dans le nouveau système, comme je l’ai dit, pendant la partie restante de 2020.

————————————————– ——————————

Angeliki Bairaktari, Autonomous Research LLP – Analyste [34]

————————————————– ——————————

Désolé, je n’ai pas réalisé – je me rends compte que ma question n’était pas claire. Donc, si j’ai bien compris maintenant, vous avez dit que la moitié des fonds luxembourgeois doivent encore passer au nouveau système, est-ce exact? Donc 50% n’ont pas encore déménagé, mais 50% ont déjà déménagé?

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [35]

————————————————– ——————————

Oui. Je dirais que c’est une bonne indication.

————————————————– ——————————

Opérateur [36]

————————————————– ——————————

Messieurs, il n’y a plus de questions enregistrées cette fois.

————————————————– ——————————

Gabriele Blei, Azimut Holding S.p.A. – PDG et administrateur [37]

————————————————– ——————————

Merci beaucoup. Je vous souhaite à tous un très bel été, si possible, et nous en reparlerons en novembre. Bye Bye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *