Simulation Assurance obsèques – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats d’AIZ.N 5-août-20 12h00 GMT


NEW YORK 5 août 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats d’Assurant Inc Mercredi 5 août 2020 à 12 h 00 GMT

* Alan B. Colberg

Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur

Assurant, Inc. – CAO intérimaire, contrôleur, vice-président exécutif et directeur financier

Assurant, Inc. – Vice-président directeur de l’IR

UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale

Bienvenue à la conférence téléphonique et webdiffusion sur les résultats du deuxième trimestre 2020 d’Assurant. (Instructions pour l’opérateur)

J’ai maintenant le plaisir de céder la parole à Suzanne Shepherd, vice-présidente principale, Relations avec les investisseurs. Vous pouvez commencer.

Suzanne Shepherd, Assurant, Inc. – Vice-présidente principale des RI [2]

Merci, opérateur, et bonjour à tous. Nous sommes impatients de discuter de nos résultats du deuxième trimestre 2020 avec vous aujourd’hui. Je suis accompagné pour la conférence téléphonique d’Assurant: Alan Colberg, notre président et chef de la direction; et Richard Dziadzio, notre directeur financier.

Hier, après la fermeture du marché, nous avons publié un communiqué annonçant nos résultats du deuxième trimestre 2020. Le communiqué et le supplément financier correspondant sont disponibles sur assurant.com.

Nous commencerons l’appel d’aujourd’hui par de brèves remarques d’Alan et Richard avant de passer à une session de questions-réponses. Certaines des déclarations faites aujourd’hui sont de nature prospective. Les déclarations prospectives sont soumises à des risques, des incertitudes et d’autres facteurs qui peuvent faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés par ces déclarations. Des informations supplémentaires concernant ces facteurs peuvent être trouvées dans la publication des résultats d’hier ainsi que dans notre rapport SEC.

Lors de la conférence téléphonique d’aujourd’hui, nous ferons référence à des mesures financières non conformes aux PCGR, qui, selon nous, sont importantes pour évaluer la performance de l’entreprise. Pour plus de détails sur ces mesures, les mesures GAAP les plus comparables et un rapprochement des 2, veuillez consulter le communiqué de presse et le supplément financier d’hier.

Je vais maintenant céder la parole à Alan.

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [3]

Merci Suzanne. Bonjour à tous. Nous sommes satisfaits de notre performance au deuxième trimestre. Nous avons déclaré un bénéfice d’exploitation par action, excluant les sinistres liés aux catastrophes, de 2,90 $, en hausse de 27% par rapport à la période de l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation net pour le trimestre, excluant également les sinistres liés aux catastrophes, s’est établi à 179 millions de dollars, une augmentation de 24% par rapport à l’an dernier, démontrant la solidité et la résilience continues de nos activités.

Les résultats ont été supérieurs à nos attentes, reflétant la stabilité de notre vaste base de clients installée, des partenariats importants avec les clients et une croissance intégrée dans Global Lifestyle. Nous avons également bénéficié de meilleurs résultats dans Global Housing. Les baisses des revenus de placement et des taux de change ont été plus que compensées par une baisse des activités de règlement des sinistres et des efforts de gestion des dépenses.

Les premiers effets négatifs du COVID-19 en avril se sont progressivement améliorés en mai et en juin, ce qui s’est traduit par un modeste bénéfice net positif sur le bénéfice d’exploitation net global au cours du trimestre.

Depuis le début de l’année, le bénéfice d’exploitation net par action, excluant les sinistres liés aux catastrophes, a augmenté de 24% et le bénéfice d’exploitation net de 21%. Même après ajustement pour 16 millions de dollars d’éléments ponctuels au cours du premier semestre de l’année, nos résultats se situent dans le haut de gamme de nos scénarios de pandémie modélisés.

Compte tenu de nos bonnes performances au premier semestre et d’une meilleure visibilité pour le reste de l’année, nous avons décidé de rétablir et d’augmenter nos perspectives pour l’année 2020. Nous prévoyons désormais une croissance de 12% à 16% du résultat opérationnel par action, hors sinistres catastrophes, une augmentation de nos perspectives initiales de 10% à 14%. Cela reflète la croissance continue de la vie connectée, l’expansion des logements multifamiliaux et l’amélioration de la rentabilité de nos activités spécialisées.

Nos perspectives supposent une poursuite des tendances commerciales actuelles et, par conséquent, ne prennent pas en compte une augmentation significative des taux d’infection par COVID-19, ce qui pourrait entraîner un changement significatif du comportement des consommateurs, l’accès aux canaux de distribution ou un impact sur les marchés financiers.

Alors que nous prévoyons une croissance des bénéfices au second semestre sur une base annuelle, nos perspectives pour l’année complète supposent une baisse des bénéfices par rapport aux 6 premiers mois de cette année, car nous prévoyons une activité de sinistres plus normalisée dans la plupart de nos activités et investir davantage dans nos capacités numériques et d’expérience client.

La seconde moitié de l’année reflétera également la baisse des revenus de placement et les vents contraires de change, l’absence de 16 millions de dollars d’avantages ponctuels ainsi que la saisonnalité typique des mobiles.

En regardant notre bilan. Notre position de liquidité reste solide. En juillet, nous avons remboursé les prélèvements sur la facilité de crédit de 200 millions de dollars à la fin du mois de mars, ce qui a été fait par mesure de précaution.

Compte tenu de l’attractivité de nos actions et de la solidité de notre capital, nous prévoyons de reprendre les rachats d’actions au troisième trimestre, et nous continuons de nous attendre à atteindre notre objectif de restitution de 1,35 milliard de dollars de capital aux actionnaires entre 2019 et 2021. Comme toujours, cela est sujet à une variété de facteurs, y compris aucune détérioration significative des conditions économiques ou du marché.

Les récentes transactions sur le marché dans notre espace renforcent encore notre opinion selon laquelle nos actions restent à un prix attractif. La dynamique des bénéfices dans Global Lifestyle reste forte, notamment grâce à la vie connectée. Cette activité a enregistré un taux de croissance annuel composé de 38% des bénéfices entre 2015 et 2019, tiré par le mobile.

Notre base de clients installée, qui représente une importante source de revenus récurrents mensuels, continue de croître. Nous comptons maintenant plus de 53 millions d’abonnés mobiles, en hausse de 70% depuis 2015. Nous avons continué à offrir de la valeur aux consommateurs grâce à des services tels que l’échange, la mise à niveau et le support technologique dans le cadre de nos offres payantes, ce qui se traduit par une meilleure expérience de propriété et de multiples pools de bénéfices au-delà de la protection des appareils.

Dans le même temps, nous avons continué à approfondir nos partenariats avec les leaders du marché pour stimuler une croissance rentable à long terme. Nous sommes heureux d’annoncer qu’à mesure que Sprint fait partie de T-Mobile, nous offrirons une protection d’appareil à ces nouveaux clients T-Mobile. Nous pensons qu’il s’agit d’un autre exemple pour soutenir la croissance à long terme de notre activité de vie connectée, et nous sommes fiers de notre partenariat de longue date avec T-Mobile.

En août, nous avons également renforcé nos capacités de négociation d’appareils mobiles en Asie-Pacifique en achetant Alegre, un opérateur de premier plan sur le marché des appareils mobiles d’occasion. Après un petit investissement initial en 2018, nous avons acquis les capitaux propres restants pour 12 millions de dollars.

Se tournant vers Global Automotive. Notre base installée comprend désormais plus de 48 millions de véhicules. Nous avons continué à renforcer nos partenariats avec nos clients en travaillant avec eux pour améliorer l’expérience client numérique, en proposant une formation en direct aux concessionnaires et des webinaires de vente. Nous continuerons à utiliser notre échelle et nos divers canaux de distribution pour développer notre activité sur le long terme, d’autant plus que nous examinons les opportunités futures avec la voiture connectée.

Passer au logement global. Nos activités d’assurance et de location placées par les prêteurs continuent de contribuer à nos rendements attrayants supérieurs à ceux du marché. Notre entreprise placée par les prêteurs joue un rôle unique et vital sur le marché du logement, protégeant à la fois les prêteurs et les propriétaires. Nous suivons plus de 32 millions de prêts, y compris pour 8 des 10 plus grands gestionnaires de prêts hypothécaires américains. Depuis début 2019, nous avons renouvelé les relations avec des clients qui représentent près de 80% de nos crédits suivis, confortant notre position de leader du marché.

Nous investissons dans une nouvelle plateforme technologique pour améliorer l’expérience client. De plus, nous avons fait des progrès dans nos efforts pour rationaliser et réduire nos coûts opérationnels.

Dans notre entreprise de location, nous avons construit une position de leader au cours des 15 dernières années. Nous couvrons maintenant plus de 2,3 millions de locataires et générons plus de 400 millions de dollars de revenus annuels. Depuis 2015, nous avons augmenté nos bénéfices à un taux de croissance annuel composé de 18%, le multifamilial représentant désormais environ 1/3 du bénéfice d’exploitation net de Global Housing 2019, hors catastrophes, illustrant la force de la franchise. Nous continuerons d’investir pour améliorer l’expérience client, car cela reste une activité de croissance importante pour l’entreprise, d’autant plus que nous pensons avant de soutenir les consommateurs dans le monde connecté.

Et dans Global Preneed, nous avons plus de 2 millions de polices et de plus en plus. Cette activité, au fil du temps, nous donne de solides flux de trésorerie distribuables avec des bénéfices statutaires supérieurs aux bénéfices GAAP. Dans l’ensemble, le niveau de risque de mortalité reste inférieur à celui des autres produits de type assurance-vie, contribuant à terme à des rendements supérieurs à ceux du marché.

Plus récemment, nous avons introduit de nouvelles offres de rémunération à l’acte pour soutenir le marché croissant du style de vie des seniors, comme Executor Assist. Nous pensons que notre portefeuille global représente une combinaison convaincante de croissance supérieure à celle du marché dans des entreprises contracycliques avec des positions de premier plan et des antécédents d’innovation. Ces activités génèrent des flux de trésorerie importants à réinvestir et à restituer du capital aux actionnaires. Ce sont des caractéristiques clés qui, selon nous, nous distinguent en tant que surperformants à long terme et nous permettent de créer de la valeur pour nos actionnaires, même dans un contexte d’incertitude dans l’environnement macroéconomique mondial.

Avant de céder la parole à Richard, je veux prendre un moment pour remercier nos employés pour leur souci constant de se soutenir les uns les autres et nos clients pendant cette période. Au cours des derniers mois, nous avons pris des mesures supplémentaires pour soutenir nos employés à travers un éventail d’actions. Celles-ci comprenaient des indemnités ponctuelles pour les employés travaillant à domicile, des primes d’encouragement pour le personnel sur place, des congés flottants supplémentaires et un certain nombre de services de soutien au bien-être et à la santé mentale. Le coût de ces programmes et les autres dépenses supplémentaires directement liées au COVID-19 sont reflétés dans le bénéfice net, comme au dernier trimestre. Je suis fier et reconnaissant du service exceptionnel que nos employés ont et continuent de fournir au nom de nos clients et de nos 300 millions de clients dans le monde.

Alors que nous étions aux prises avec le COVID-19, nous avons également reconnu la nécessité de continuer à faire progresser la diversité et l’inclusion chez Assurant et au sein des communautés que nous servons, en particulier à la lumière du meurtre tragique de George Floyd et de nombreux autres. Pour nous, la diversité et l’inclusion ne sont pas seulement une question de décence et de bon sens, mais aussi un impératif stratégique et commercial. En nous appuyant sur des initiatives passées, nous avons organisé des conversations franches à l’échelle de l’entreprise avec nos employés sur la course pour nous assurer que nous reconnaissons ces problèmes dans notre société et sur le lieu de travail. Nous évaluons des actions supplémentaires pour soutenir une communauté plus diversifiée, équitable et inclusive.

Tout cela a continué à renforcer la nécessité de répondre aux besoins en constante évolution de toutes nos principales parties prenantes avec détermination et engagement. En juillet, nous avons annoncé plusieurs changements organisationnels pour nous permettre d’atteindre ces objectifs plus efficacement.

Sous la direction de Francesca Luthi dans un rôle nouvellement créé en tant que chef de l’administration, nous avons réaligné les ressources humaines, les installations et les achats, ainsi que le marketing, les communications, les relations avec les investisseurs et la responsabilité sociale des entreprises, un mouvement, je crois, est essentiel pour nous apporter une vision globale de la gestion intégrée des parties prenantes, tout en améliorant l’expérience des employés afin d’attirer et de retenir les meilleurs talents et les plus diversifiés pour l’avenir.

Nous avons également promu Jay Rosenblum au poste de directeur juridique. Il occupait ce poste à titre intérimaire depuis février après s’être joint à nous l’an dernier pour diriger notre équipe des relations gouvernementales et des affaires réglementaires. L’expérience diversifiée de Jay s’étend sur 25 ans dans divers rôles juridiques et RH, et je suis heureux de l’avoir à la tête de notre fonction juridique mondiale.

Dans l’ensemble, je suis extrêmement fier de nos dirigeants et de nos 14 000 employés dans la façon dont ils ont et continueront de vivre nos valeurs.

Je vais maintenant céder la parole à Richard pour qu’il examine plus en détail les résultats du deuxième trimestre, les tendances récentes et nos perspectives 2020 mises à jour. Richard?

————————————————– ——————————

Richard Steven Dziadzio, Assurant, Inc. – Directeur général intérimaire, contrôleur, vice-président exécutif et directeur financier [4]

————————————————– ——————————

Merci, Alan, et bonjour à tous. Commençons par Global Lifestyle. Le secteur a déclaré un bénéfice de 122 millions de dollars, en hausse de 11% par rapport à la période de l’année précédente. Cette augmentation est principalement attribuable à la croissance continue du mobile, principalement grâce à des programmes ajoutés ces dernières années en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique. La baisse des activités de réclamation en dehors des États-Unis dans la vie connectée et l’automobile a également amélioré les résultats.

Notre activité d’échange mobile a bénéficié de prix de vente moyens plus élevés en raison de la rareté de l’offre d’appareils usagés. Cela a été partiellement compensé par la baisse des volumes globaux en raison du COVID-19.

Global Automotive a reflété un avantage client discret de 4 millions de dollars en plus d’une réduction de l’activité de réclamation, principalement de la part de nos clients OEM en dehors des États-Unis, à la suite des commandes COVID-19 au domicile.

La croissance globale des bénéfices a été en partie contrebalancée par une baisse des services financiers mondiaux en raison de résultats plus faibles au Canada et des baisses prévues de l’assurance-crédit traditionnelle. Les taux de change défavorables ont également pesé sur les résultats du trimestre.

En regardant les revenus totaux pour le style de vie. Les primes et frais nets acquis ont diminué de 40 millions de dollars ou 2%. La diminution était principalement attribuable à la baisse des volumes d’échange de téléphones mobiles en raison des fermetures de magasins dues au COVID-19 et des mouvements de change. Cela a été partiellement compensé par une augmentation des inscriptions à de nouveaux programmes mobiles, d’autant plus que les magasins des opérateurs ont commencé à rouvrir dans la dernière partie du trimestre.

Au sein de Globe Automotive, le chiffre d’affaires a augmenté de 3%, reflétant principalement les ventes de contrats d’entretien de véhicules de la période précédente. Les ventes d’automobiles ont rebondi depuis avril et sont presque revenues aux niveaux d’avant COVID d’une année à l’autre. Nous continuerons de surveiller les tendances, car les niveaux de ventes d’aujourd’hui auront une incidence sur les bénéfices futurs de l’entreprise.

Dans la perspective de l’année 2020 complète, nous prévoyons une croissance du résultat opérationnel net de Lifestyle par rapport à l’année 2019. Cependant, nous prévoyons également que les bénéfices du second semestre seront inférieurs par rapport aux bons résultats du premier semestre. Cela est dû à 5 facteurs clés.

Premièrement, nous avons comptabilisé 16 millions de dollars en prestations ponctuelles au cours des 6 premiers mois de l’année, dont 4 millions de dollars au deuxième trimestre. Nous ne prévoyons pas que ces éléments se reproduiront au second semestre.

Deuxièmement, nous prévoyons que l’activité des réclamations dans la vie connectée et l’automobile se normalisera à des niveaux plus élevés au cours des prochains trimestres, alors que l’économie mondiale continue de rouvrir.

Troisièmement, à l’instar des années précédentes, le moment et la disponibilité des nouveaux téléphones auront une incidence sur l’activité d’échange au cours de la seconde moitié de l’année. Nous ne supposons cependant pas d’augmentation significative des volumes avant la fin de l’année.

Quatrièmement, nous intensifions nos investissements dans les capacités numériques et d’expérience client afin d’accroître encore notre différenciation concurrentielle.

Enfin, nous prévoyons que les taux de change et la baisse des revenus de placements resteront des vents contraires dans la seconde moitié de l’année.

Je noterai également qu’à compter du 1er juillet, suite à une modification des conditions contractuelles, nous faisons passer notre traitement comptable des revenus d’une base de ventes brutes par appareil à un tarif fixe par appareil pour l’un de nos programmes d’échange et de mise à niveau mobiles. Cela réduira nos honoraires et autres revenus d’environ 275 millions de dollars sur une base annuelle. La baisse du coût des produits vendus, intégrée dans les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux de style de vie, compensera considérablement cette baisse.

Nous sommes heureux de ce changement, car il éliminera une partie de la variabilité des revenus et des dépenses que nous avons historiquement constatée dans nos résultats financiers. Cela atténuera également le risque de tarification de l’offre et de la demande à l’avenir.

Passons maintenant à Global Housing. Le bénéfice d’exploitation net pour le deuxième trimestre a totalisé 85 millions de dollars, une augmentation de 14 millions de dollars ou 19% d’une année à l’autre malgré une hausse des catastrophes à déclarer. En excluant les sinistres liés aux catastrophes, le bénéfice de 96 millions de dollars représentait une augmentation de 27 millions de dollars ou 39% d’une année à l’autre. Un peu plus de la moitié de l’augmentation était due à des pertes non catalytiques favorables sur tous les principaux produits, reflétant une fréquence globale plus faible des sinistres et des améliorations de la souscription, y compris les avantages de l’intelligence artificielle et des initiatives de traitement des sinistres. De plus, l’absence de pertes des petites entreprises commerciales, ainsi que la croissance de certains autres produits spécialisés, ont contribué à l’augmentation.

Les résultats placés par les prêteurs ont augmenté d’une année à l’autre. Des taux de prime plus élevés et une sinistralité favorable ont été partiellement compensés par une réduction des polices en vigueur. Cette réduction était principalement liée au client financièrement insolvable précédemment divulgué et à la baisse des volumes de REO en raison des moratoires de forclusion actuels.

La modeste augmentation séquentielle du taux de placement à 1,56% est attribuable à une modification du mix d’activités. Ce n’est pas une indication de changements plus larges du marché du logement dans le macro.

Les revenus des logements multifamiliaux ont légèrement augmenté en raison d’une expérience favorable des sinistres non liés aux catastrophes et d’une croissance modeste des partenaires d’affinité.

En ce qui concerne les revenus de Global Housing. Les primes et commissions nettes acquises ont diminué de 4%, principalement à partir de 3 éléments: client insolvable, faibles volumes de REO et sortie de petites entreprises. Cette diminution a été partiellement compensée par la croissance de nos activités de propriétés spécialisées et d’habitations multifamiliales.

Déménagement dans un logement multifamilial. Le chiffre d’affaires a augmenté de 4% d’une année sur l’autre, principalement grâce à la croissance de nos partenaires d’affinité. L’impact du COVID-19 a été minime depuis le début de l’année, bien que nous continuions à surveiller les actions des États liées aux reports de primes.

À la fin du mois de juin, nous avons terminé notre programme de réassurance contre les catastrophes 2020, en maintenant notre rétention de 80 millions de dollars par événement et en augmentant notre couverture pluriannuelle à près de 50% de notre puissance aux États-Unis. Nous avons également réduit notre exposition globale au risque, principalement grâce à la sortie des petites entreprises. Dans l’ensemble, nous avons pu tirer parti de relations solides avec nos partenaires de réassurance pour maintenir les hausses de taux dans le bas de l’échelle du marché global, mais nous reconnaissons également que ces coûts plus élevés pourraient persister à l’avenir.

Dans la perspective de l’année 2020 complète, nous prévoyons que le bénéfice d’exploitation net de Global Housing, hors chats, augmentera par rapport aux résultats de l’année 2019, grâce à l’amélioration des résultats dans nos activités spécialisées et à la croissance de l’habitation multifamiliale. Nous pensons également que les résultats du second semestre seront inférieurs à ceux du premier semestre pour Global Housing. Cela est dû à 4 facteurs clés: premièrement, nous prévoyons un niveau de fréquence des sinistres plus normalisé, comme mentionné précédemment; deuxièmement, nous prévoyons que les volumes REO continueront de diminuer pendant le reste de l’année; troisièmement, l’absence de revenus du client financièrement insolvable et du prêteur placé; et enfin, ce segment continuera également d’être touché par la baisse des revenus de placement en raison des rendements plus faibles disponibles dans l’environnement actuel des taux d’intérêt.

Alors que le placement auprès des prêteurs devrait croître en raison de la nature anticyclique de l’entreprise si les conditions économiques se détériorent, le secteur hypothécaire et l’environnement économique actuels diffèrent considérablement de la crise du logement il y a plus de 10 ans. Par exemple, les normes de souscription des prêts hypothécaires se sont resserrées, le nombre de prêts hypothécaires à risque et à taux ajustable ayant baissé de plus de 60%, et les propriétaires ont aujourd’hui des taux de valeur nette plus élevés par rapport à cette période.

Passons maintenant à Global Preneed. Le secteur a enregistré un bénéfice d’exploitation net de 14 millions de dollars, une baisse de 3 millions de dollars par rapport au deuxième trimestre de 2019. Cela s’explique par une combinaison de rendements d’investissement inférieurs et d’une légère augmentation de la mortalité due au COVID-19. Nous continuons de surveiller les tendances de la mortalité, en particulier en Californie, au Texas et en Caroline du Sud, compte tenu de la concentration de nos politiques dans ces domaines. Jusqu’à présent, nous n’avons pas connu d’augmentation significative.

Les revenus de Preneed ont légèrement augmenté, soutenus par les ventes aux États-Unis.Bien que les ventes de visages aient commencé à rebondir récemment en raison des réouvertures de salons funéraires et de l’augmentation des ventes en ligne depuis avril, les ventes de visages en juillet d’une année à l’autre étaient encore en baisse d’environ 15%. Nous nous attendons à ce que les nouvelles ventes continuent de fluctuer. Dans l’ensemble, pour Global Preneed, nous pensons que les bénéfices 2020 augmenteront légèrement par rapport aux résultats publiés pour 2019.

Pour la seconde moitié de l’année, nous prévoyons une légère hausse des bénéfices par rapport à la première moitié de l’année en raison de tendances de mortalité plus favorables. Nous continuerons à surveiller ces tendances car nos perspectives actuelles ne supposent pas une aggravation significative des cas de COVID-19. Nous prévoyons que la réduction de la mortalité sera partiellement compensée par la baisse des revenus de placement.

Au niveau corporatif, la perte d’exploitation nette s’est élevée à 27 millions de dollars contre 24 millions de dollars au deuxième trimestre de 2019. Cela s’explique par une baisse du taux d’imposition découlant de l’ajustement du taux d’imposition de consolidation et une diminution des revenus de placement découlant de la baisse des rendements des actifs de trésorerie. Pour l’ensemble de l’année, nous prévoyons que la perte d’exploitation nette de l’entreprise se situera entre 86 millions de dollars et 90 millions de dollars en raison de la baisse des revenus de placement et des coûts de transition ponctuels associés à l’externalisation de notre fonction de gestion des placements.

Partout chez Assurant, nos efforts continus de gestion des dépenses contribuent à nos résultats. De plus, cette année, nous avons bénéficié d’une baisse des frais de déplacement en raison des restrictions du COVID-19 ainsi que d’une réduction des dépenses discrétionnaires, y compris le report de l’embauche pour certains postes. Nous remplissons cependant tous les rôles critiques, en particulier ceux nécessaires pour répondre aux attentes de nos clients. Alors que nous cherchons à maintenir une croissance rentable, nous prévoyons de continuer à investir dans nos capacités de base au cours des prochains trimestres, tout en gérant étroitement les dépenses discrétionnaires, compte tenu de l’incertitude persistante du COVID-19.

Ensuite, je veux faire une brève mise à jour sur notre portefeuille de placements. Dans l’ensemble, notre portefeuille de 12,6 milliards de dollars de maturités fixes est de grande qualité, bien diversifié et géré pour son rendement de revenu avec un faible taux de rotation. Et comme mentionné précédemment, nous avons une exposition minimale aux secteurs les plus touchés comme l’énergie, l’hôtellerie, les magasins de détail et les compagnies aériennes.

Le rendement des placements de notre portefeuille de placements total a chuté de 55 points de base d’une année à l’autre pour s’établir à 3,62%. Cela a été en grande partie attribuable à une baisse des rendements des liquidités à court terme. Bien que nous continuions de gérer le portefeuille pour préserver le rendement, nous prévoyons que nos revenus de placement resteront sous pression pendant un certain temps, car nous prévoyons que les taux d’intérêt resteront relativement bas dans un avenir prévisible. Cependant, nous pensons que notre approche d’investissement cohérente continuera de nous servir comme elle l’a fait dans le passé.

Parallèlement à notre décision d’externaliser la gestion de notre portefeuille d’investissement de base, nous avons vendu notre plateforme CLO pour un gain modeste en juillet. La vente sera enregistrée au troisième trimestre. Bien que nous ayons encore un petit nombre d’investissements dans des CLO, notre exposition à la classe d’actifs a été considérablement réduite.

Passons à la liquidité des sociétés holding. Nous avons terminé le mois de juin avec 357 millions de dollars ou 132 millions de dollars au-dessus de notre niveau cible minimum actuel. Cela exclut le tirage de la facilité de crédit de 200 millions de dollars, qui a été remboursé en juillet.

Au deuxième trimestre, les dividendes de nos secteurs d’exploitation ont totalisé 157 millions de dollars ou 71% du bénéfice sectoriel. En plus de nos frais de siège et d’intérêts trimestriels, nous avons également racheté 26 millions de dollars d’actions.

Comme nous l’avons indiqué, nous avons ralenti, puis finalement suspendu les rachats d’actions au deuxième trimestre. Nous avons versé 44 millions de dollars en actions ordinaires et privilégiées et en dividendes. Nous avons acquis AFAS pour 158 millions de dollars et avons vendu EK, ce qui a entraîné une sortie de trésorerie de 51 millions de dollars de la société holding.

À la fin du mois de juillet, nous avons également reçu un avantage fiscal ponctuel en espèces lié à l’accélération de nos pertes d’exploitation nettes, inclus dans la loi CARES adoptée en mars. Par conséquent, la liquidité de la société de portefeuille augmentera de 84 millions de dollars au troisième trimestre.

Pour l’ensemble de l’année, nous prévoyons que les dividendes sectoriels se rapprocheront des bénéfices sectoriels. Cela dépend de la croissance des activités, des exigences des agences de notation et des fonds propres réglementaires et de la performance du portefeuille d’investissement.

Comme Alan l’a mentionné, nous prévoyons de reprendre les rachats au troisième trimestre et nous continuerons de gérer notre capital avec prudence. Notre approche en matière de rachat sera mesurée à mesure que nous continuerons de surveiller la performance des entreprises ainsi que les environnements macroéconomiques et du marché du crédit au sens large.

En résumé, nous avons démontré de solides performances au premier semestre, tout en relevant les défis du COVID-19. Alors que nous nous efforçons de continuer à respecter nos engagements financiers pour 2020, nous continuerons d’investir dans nos activités de croissance pour l’avenir tout en surveillant les tendances du marché mondial.

Et avec cela, opérateur, veuillez ouvrir l’appel pour les questions.

=================================================== ===============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions pour l’opérateur) Notre première question vient de Mark Hughes de Truist Securities.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Division de la recherche – MD [2]

————————————————– ——————————

Pouvez-vous parler de l’annonce de T-Mobile? Il semble que vous allez fournir des services contractuels mobiles à de nouveaux clients. Y a-t-il – pourriez-vous donner un petit détail? Cela va-t-il également inclure le livre arrière? S’agit-il simplement de nouveaux clients? Quel est le moment, l’impact financier potentiel, tout ça?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [3]

————————————————– ——————————

Oui. Non, Mark, merci pour la question. Je commencerais par dire que nous sommes très fiers d’être le partenaire de T-Mobile au cours de la dernière décennie et de les aider dans leur cheminement pour devenir le transporteur. Au fur et à mesure de la migration des magasins, les anciens magasins Sprint, qu’ils ont lancés le week-end dernier, nous proposerons notre programme de protection des appareils à tous les anciens clients Sprint lorsqu’ils entreront dans un magasin. C’est donc très positif. Mais cela ne fait que progresser, ce qui est typique de notre marché. Nous commençons donc avec 0 anciens clients Sprint. Il faudra du temps pour développer ce portefeuille d’activités, même si, de toute évidence, c’est une chose très positive à long terme. Et nous allons investir au fur et à mesure que le programme commencera à s’intensifier au cours des prochains mois ou 2 ou trimestres environ. Mais encore une fois, très positif, et nous sommes vraiment fiers du partenariat que nous avons construit avec T-Mobile.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Division de la recherche – MD [4]

————————————————– ——————————

Et puis je suppose que cela est accessible au public, mais le rythme des nouveaux clients Sprint, un sens à ce que vous pouvez partager?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [5]

————————————————– ——————————

Oui. Je pense que ce serait simplement ce que nous voyons normalement, c’est-à-dire sur un cycle, appelez-le, quelque part environ 3 à 4 ans, c’est lorsque les gens viennent dans le magasin pour rendre leur combiné, acheter un nouveau combiné ou en acheter un nouveau. Donc, nous le ferions – c’est semblable aux autres programmes que nous avons lancés ces dernières années. Nous nous attendons à ce qu’il se développe et se construise au cours des 3 prochaines années.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Division de la recherche – MD [6]

————————————————– ——————————

C’est génial. Vous avez parlé du contrat mobile. Dans l’ensemble, vous aviez mentionné dans l’industrie automobile que vous étiez assez proche de l’endroit où vous étiez avant le COVID. Qu’en est-il des contrats de service mobile, de votre type de trajectoire de vente alors que vous êtes assis ici aujourd’hui par rapport au pré-COVID?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [7]

————————————————– ——————————

Oui. Si je prends un peu plus de recul et que je parle de manière générale des impacts de COVID sur mobile, ce que nous avons vu au cours du dernier trimestre environ, c’est une baisse des volumes d’échange en raison de la fermeture des magasins et de la perturbation du marché. Nous avons eu la chance que cela ait été compensé par des marges plus élevées au cours du trimestre. Mais nous avons certainement constaté une baisse des volumes d’échange, même si cela s’est maintenant rétabli à l’approche de juin et juillet. Les choses sont vraiment revenues au pré-COVID.

Si vous regardez notre nombre d’abonnés, nous nous sentons bien où nous en sommes. Notre base installée est de 53 millions. Nous continuons de croître aux États-Unis et au Japon, qui sont des marchés critiques. Nous avons constaté une pression en Amérique latine, qui est vraiment la région la plus perturbée au monde en termes de nouvelles ventes. Mais dans l’ensemble, c’est vraiment une base de revenus récurrents importante qui nous prépare vraiment bien pour l’avenir.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Division de la recherche – MD [8]

————————————————– ——————————

Les pertes dans le logement, les pertes sous-jacentes, je pense que vous avez mentionné que vous tiriez parti des conditions météorologiques favorables, ce qui, franchement, semble aller à l’encontre de beaucoup ou de la plupart des autres transporteurs, mais vous bénéficiez alors d’une meilleure souscription. et le traitement des réclamations. Je pense que vous avez mentionné l’utilisation de l’IA. Pouvez-vous en parler? Combien cela signifie-t-il pour vos pertes si cela persiste?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [9]

————————————————– ——————————

Oui. Je vais peut-être commencer et, Richard, n’hésitez pas à ajouter quelque chose. Si nous regardons le type de ratio de perte non catalytique, il était un peu en dessous de ce que nous voyons normalement, en raison de plusieurs facteurs. Avec les gens à la maison, il y avait moins de pertes et de décès. Il y avait moins de dégâts d’eau. Nous avons mentionné un peu moins de temps juste au cours du trimestre.

Tout aussi important, nous avons investi ces dernières années dans nos initiatives d’IA et de souscription. Et nous commençons à voir les avantages réels de cela dans une expérience client nettement meilleure avec un paiement beaucoup plus rapide des réclamations et un traitement beaucoup plus rapide. Mais Richard, qu’ajouteriez-vous?

————————————————– ——————————

Richard Steven Dziadzio, Assurant, Inc. – Directeur général intérimaire, contrôleur, vice-président exécutif et directeur financier [10]

————————————————– ——————————

Oui. Je vous remercie. Juste quelques petites choses, Mark. Bonne question. Je pense qu’en partie, évidemment, les gens restent chez eux. Et donc COVID, je pense, à certains égards, nous a aidés pendant cette période car ils surveillent leurs maisons d’un peu plus près. Donc, comme Alan l’a dit, vraiment les initiatives d’IA, les initiatives de réclamations que nous avons nous aident vraiment à être efficaces et à rester au courant des réclamations beaucoup mieux et à mieux les traiter.

Je dirais également que la souscription s’est améliorée. L’année dernière, nous avons parlé de petites publicités et de certaines pertes que nous avons subies là-bas. Nous sommes sortis de cette affaire. C’est donc un plus pour nous. Cela ne reviendra pas. Et aussi dans notre domaine de spécialité, nous avons examiné – nous avons parlé d’un seul contrat avec un client que nous avons considérablement changé. Donc, toutes ces choses seront de bon augure pour nous à l’avenir.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Division de la recherche – MD [11]

————————————————– ——————————

Ensuite, juste un dernier, les 275 millions de dollars que vous avez mentionnés dans l’échange que vous allez être plutôt que la croissance, qui apparaîtront tous dans la ligne des frais – est-ce neutre pour les bénéfices?

————————————————– ——————————

Richard Steven Dziadzio, Assurant, Inc. – Directeur général intérimaire, contrôleur, vice-président exécutif et directeur financier [12]

————————————————– ——————————

Alan, tu veux que je prenne ça?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [13]

————————————————– ——————————

Oui, je vous en prie, Richard.

————————————————– ——————————

Richard Steven Dziadzio, Assurant, Inc. – Directeur général intérimaire, contrôleur, vice-président exécutif et directeur financier [14]

————————————————– ——————————

Oui. Alors oui, les 275 millions de dollars, c’est le changement de contrat que nous avons dans le style de vie dont vous parlez. C’est un impact annualisé qui aura. Et si vous y réfléchissez avant, nous achetions en fait les unités, puis nous les vendions. Donc, nous avions une sorte de montant brut qui passait par les revenus des droits, les montants nets allant au coût des marchandises vendues. Maintenant, nous administrons davantage cette entreprise. Vous verrez donc ces 2 lignes diminuer, la ligne des revenus mais aussi le coût des marchandises vendues. La ligne SG&A, que nous montrons dans le supplément, diminuera également.

Et puis je suppose que l’autre chose que nous avons soulignée dans nos remarques préparées est que nous pensons que c’est une très bonne décision pour nous. Cela offre plus de stabilité en termes de commerce d’échange. Cela nous élimine une partie du risque lié aux prix. Donc dans l’ensemble, nous en sommes vraiment satisfaits. Nous voulions faire en sorte que les revenus baissent sur le marché, mais nous ne nous attendons pas à un impact significatif sur les résultats.

————————————————– ——————————

Opérateur [15]

————————————————– ——————————

Notre prochaine question vient de Brian Meredith d’UBS.

————————————————– ——————————

Brian Robert Meredith, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, Responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale [16]

————————————————– ——————————

Quelques questions ici pour vous. Premièrement, revenons juste sur l’ensemble de la transaction T-Mobile, est-il possible de définir en quelque sorte l’opportunité de revenus potentiels découlant de la prise en charge des clients Sprint supplémentaires?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [17]

————————————————– ——————————

Ce que je regarderais, c’est que vous pouvez voir publiquement combien d’abonnés Sprint a et vous pouvez supposer qu’au cours des 3 prochaines années, nous prendrons ces abonnés. Alors c’est comme ça que j’y pense. Mais à part cela, nous ne parlons généralement pas des spécificités du client, mais c’est une évolution très positive pour notre franchise mobile.

————————————————– ——————————

Brian Robert Meredith, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, Responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale [18]

————————————————– ——————————

Et juste curieux, comme j’y pense historiquement, quand vous prenez un gros client comme ça, c’est une sorte de frein sur les revenus, peut-être pendant un an environ. Doit-on encore s’attendre à cela?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [19]

————————————————– ——————————

C’est généralement le cas, car nous avons le coût initial pour des choses comme l’intégration de la technologie pour les dépôts réglementaires, pour le marketing, pour la formation. Nous sommes donc en train de commencer à investir ces coûts dès maintenant. C’est donc certainement un peu un frein à court terme, mais un long terme très positif.

————————————————– ——————————

Brian Robert Meredith, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, Responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale [20]

————————————————– ——————————

Sûr. Non, absolument. Et puis je suppose que c’est dans vos conseils pour l’année. Donc, vous vous attendez à ce que cela démarre en seconde période.

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [21]

————————————————– ——————————

Oui, les investissements, non? Parce que nous recommençons, comme je l’ai mentionné plus tôt, nous commençons sans abonné de l’ancien Sprint, mais cela se développera au fil du temps au cours des prochaines années.

————————————————– ——————————

Brian Robert Meredith, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, Responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale [22]

————————————————– ——————————

Terrifiant. Et puis une petite question ici sur l’activité LPI. Je comprends que des prêts hypothécaires de meilleure qualité aujourd’hui pour les fermetures retardent probablement une partie de l’activité là-bas, la pénétration. Mais avez-vous des statistiques? Ou jetez-vous un oeil à ce que les impayés hypothécaires et comment ils suivent par rapport à votre pénétration de l’IPV?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [23]

————————————————– ——————————

Oui. Alors quelques réflexions à ce sujet. Nous voulons donc être clairs. Nous ne prévoyons pas de bénéfice en LPI cette année. Si vous regardez ce qui se passe avec l’abstention hypothécaire, nous sommes en fait – c’est un peu un vent contraire au COVID-19. Nous constatons une baisse des volumes REO et cela a un impact sur les perspectives 2020.

Mais si vous regardez globalement le marché du logement, nous commençons à voir les impayés commencer à grimper. Et évidemment, notre produit est un produit important qui protège à la fois le consommateur et les banques. Et nous sommes bien positionnés si le marché du logement s’affaiblit pour une croissance là-bas en 2021 et au-delà.

————————————————– ——————————

Brian Robert Meredith, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, Responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale [24]

————————————————– ——————————

Oui. C’est – je veux dire si vous juste – en regardant plus en 2021, je ne savais pas si vous avez des statistiques de corrélation, car les tendances de la délinquance hypothécaire sont un peu debout, elles tournent autour de 7%. Cela équivaut-il à une certaine pénétration que vous voyez généralement?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [25]

————————————————– ——————————

Oui. Ce que je dirais, c’est que nous surveillons ce qui se passe là-bas. Il y a toujours un décalage dans notre placement, mais nous sommes bien positionnés. Et il est tout simplement difficile de prédire si ces défauts de paiement se traduiront par le placement de notre produit ou non, compte tenu de ce qui se passe actuellement sur le marché. Mais nous nous sentons bien positionnés, et nous prévoyons qu’il y aura une hausse en 2021 et au-delà si l’économie s’affaiblit.

————————————————– ——————————

Brian Robert Meredith, UBS Investment Bank, Division de la recherche – Directeur général, Responsable du secteur de la recherche financière et stratège en assurance mondiale [26]

————————————————– ——————————

Je t’ai eu. Et puis dernière question ici. Je suis juste curieux, des pensées sur le renouvellement de Bank of America? De toute évidence, NatGen est acheté par Allstate. Des pensées à ce sujet quand cela pourrait potentiellement arriver?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [27]

————————————————– ——————————

Oui. Donc, comme on en a déjà parlé, il est de notoriété publique que cette demande de propositions est sur le marché, ce qui est la première fois que nous avons eu la chance de participer à cette entreprise au cours de la dernière décennie. Et nous verrons ce qui se passera au fil du temps, mais nous croyons que nous avons la capacité de pointe de l’industrie sur le marché. Nous avons beaucoup investi dans notre technologie. Nous offrons une expérience client et consommateur supérieure. Nous verrons donc ce qui se passe, mais nous nous sentons bien positionnés pour toute activité commerciale qui entre sur le marché.

————————————————– ——————————

Opérateur [28]

————————————————– ——————————

Votre prochaine question vient de Michael Phillips de Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Michael Wayne Phillips, Morgan Stanley, Division de la recherche – Analyste actions [29]

————————————————– ——————————

Donc, comme tout d’abord, juste un niveau élevé sur les perspectives révisées, je suppose, comment pensons-nous – nous avons vu un certain renversement dans les ouvertures ouvertes – des réouvertures et une certaine augmentation des cas à travers le pays et d’autres préoccupations là-bas. Alors, comment pouvons-nous faire correspondre cela avec votre amélioration de vos perspectives avec votre commentaire qu’il ne tient pas compte de la hausse des taux d’infection COVID?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [30]

————————————————– ——————————

Oui. Je pense donc que le point de départ est que notre activité est vraiment guidée par notre base installée. Et cette grande base installée compte près de 300 millions de clients, plus de 300 millions de clients. Nous avons une entreprise très résiliente. Et ce que nous avons vu même en juillet, par exemple, si vous passez par les différents secteurs, les nouvelles ventes automobiles de nos produits en juillet étaient de retour au niveau ou au-dessus des niveaux pré-COVID alors même qu’il y avait des perturbations sur le marché américain. Si vous regardez le mobile, nous avons mentionné que l’activité d’échange en juillet était de retour ce que nous attendions plus tôt dans l’année. Multifamiliale, nous avons été impactés tôt par COVID, clairement. Mais alors que nous sommes entrés en juillet, nous avons de nouveau vu le nouveau rebond des ventes et nous sommes revenus à ce que nous nous attendions à voir. Tellement à peu près partout. L’exception est probablement Preneed. Les nouvelles ventes Preneed accusent toujours un retard de 10% à 15% par rapport à ce qu’elles étaient la même année avant le COVID.

Mais notre activité est forte et vraiment tirée par cette base installée. Et donc l’autre point important que je ferais est, comme nous en avons parlé dans les remarques préparées, nous prévoyons toujours de croître la deuxième moitié de 19 – désolé, la deuxième moitié de 20 par rapport à la seconde moitié de 19 malgré certains des l’incertitude et les vents contraires du COVID-19. Nous continuerons donc certainement à le surveiller, mais nous sommes satisfaits des tendances commerciales que nous observons dans notre portefeuille.

————————————————– ——————————

Michael Wayne Phillips, Morgan Stanley, Division de la recherche – Analyste actions [31]

————————————————– ——————————

D’accord. Cela est utile. Et juste quelques petites nuances ici. Encore une question. Vous avez parlé précédemment de certains endroits à l’étranger où les choses ont été fermées, je pense, à Hong Kong, certains échanges commerciaux imposent à Hong Kong. Un impact ce trimestre sur des choses comme ça? Et ces endroits sont-ils à nouveau opérationnels? Ou devrions-nous nous attendre à un impact futur de ceux qui vont de l’avant?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [32]

————————————————– ——————————

Oui. Donc, juste pour clarifier ce commentaire, ce à quoi nous faisions référence, c’est au premier trimestre, nous avons eu des perturbations dans notre capacité à vendre des téléphones à Hong Kong et en Chine. Cela remonte à janvier et février. Cela s’est normalisé en février. Et comme le virus a migré d’Est en Ouest, nous n’avons constaté aucune autre perturbation en Asie-Pacifique.

Si vous regardez dans le monde entier, le marché qui a été le plus perturbé est l’Amérique latine. Et nous avons constaté un impact plus important sur les nouvelles ventes dans cette géographie que partout ailleurs dans le monde. Nous constatons des réclamations un peu plus faibles que prévu dans des pays comme l’Europe, encore une fois, probablement le reflet de la fermeture, mais nous commençons à voir cela se normaliser à l’approche du troisième trimestre. Donc, à ce stade, nous voyons les choses revenir à la normale, à la fois sur les nouvelles ventes et sur les réclamations.

————————————————– ——————————

Michael Wayne Phillips, Morgan Stanley, Division de la recherche – Analyste actions [33]

————————————————– ——————————

D’accord. Et puis les logements multifamiliaux, généralement, vous obtenez un peu de bosse là-bas à cause du temps. Je suppose que cela a un petit impact. Pouvez-vous parler de cela et peut-être de l’impact sur la demande, je suppose? Ou des impacts sur l’activité de location en raison de la récession?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – Président, PDG et administrateur [34]

————————————————– ——————————

Oui. Nous avons été clairement touchés dans la seconde moitié de mars et avril, car les gens ne bougeaient tout simplement pas, mais cela a rebondi. Et nos ventes sont à peu près de retour à ce à quoi nous nous attendions en juillet. Nous étions donc hors piste, mais à peu près remis sur la bonne voie maintenant. Et si je prends vraiment du recul sur notre entreprise multifamiliale, nous sommes vraiment fiers de la franchise que nous avons bâtie. Nous avons maintenant 2,3 millions d’assurés. Nous sommes rentables. Nous avons développé cette franchise rapidement. Au cours des dernières années, nous avons dépassé le marché, alors même que différents concurrents sont entrés. Et il est vraiment motivé par notre forte distribution diversifiée avec les sociétés de gestion immobilière ainsi que nos partenaires d’affinité. Il est motivé par nos investissements continus dans le numérique et l’expérience client, ce qui nous aide à maintenir un produit vraiment compétitif et attrayant pour les consommateurs.

Et puis, nous avons beaucoup de potentiel au fil du temps avec notre produit au point de location, qui a évolué lentement cette année, alors que les propriétaires ont été perturbés par COVID-19. But over time, we expect penetration to grow as we roll out our point-of-lease, which really provides a seamless kind of consumer experience as they move into a property.

————————————————– ——————————

Opérateur [35]

————————————————– ——————————

Our next question comes from Gary Ransom of Dowling & Partners.

————————————————– ——————————

Gary Kent Ransom, Dowling & Partners Securities, LLC – Partner [36]

————————————————– ——————————

I wanted to see if I could tie the new guidance at least a little bit into the original Investor Day guidance of the 12% going into 2021. It sounds like you’re ahead of what you originally were talking about at this point. And I just — can you add any commentary on what your new guidance might mean for that old guidance?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – President, CEO & Director [37]

————————————————– ——————————

Oui. No, Gary, it’s a very fair question. We do always look at a multiyear period because over time, short-term fluctuations might impact any given year. But if you look at net operating earnings growth, so this is ex cat, not EPS, but earnings, we grew earnings 11% last year. If you look at the midpoint of our new outlook, we’re looking at, at least 12% earnings growth this year. So we’re ahead both in ’19 and ’20 versus our long term.

So as we think about 2021, I would say a few things. We have a strong track record of profitable growth. I think we’ve demonstrated that we have a resilient business model that’s been proven to be able to navigate the pandemic. We have strong cash flow generation, and we still expect to grow in 2021. It’s obviously very early. So we haven’t completed all of our planning and modeling for next year. But we are ahead. And so we may grow a little slower next year than we might have originally thought just because we’ve grown more rapidly in ’19 and ’20.

But we remain confident that we will continue to grow earnings over time and next year really driven off of our installed base of customers, some of the new programs that we’ve just won. And we just announced, for example, the Sprint, T-Mobile. And just — we continue to expand our offerings. The purchase of Alegre in Australia is another example, which really allows us to strengthen our repair and logistics capability, not only in Australia but in Asia Pacific. So we’ll provide an update later, but we feel good about the long-term profitable growth of our company.

————————————————– ——————————

Gary Kent Ransom, Dowling & Partners Securities, LLC – Partner [38]

————————————————– ——————————

Cela est utile. I — a slightly related question. Is this dip in revenues that you saw and maybe this is mostly about auto, but was it a big enough dip that it will actually affect what we see in the earned premium and fees as it gets earned out in the future somewhere? Will there be an echo of this? Or is that — am I kind of maybe making too much out of that?

————————————————– ——————————

Richard Steven Dziadzio, Assurant, Inc. – Interim CAO, Controller, Executive VP & CFO [39]

————————————————– ——————————

Alan, tu veux que je prenne ça?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – President, CEO & Director [40]

————————————————– ——————————

Yes, please. Yes, please, Richard.

————————————————– ——————————

Richard Steven Dziadzio, Assurant, Inc. – Interim CAO, Controller, Executive VP & CFO [41]

————————————————– ——————————

Oui. It’s a good question. I mean what we’re really seeing is a quarter, a dip and primarily from March and April when the dealerships closed down. And as you know, the unearned premium actually earns out over a number of years, call — think about 3 to 5 years in the future. So the way I think about it, it’s a small thing. I think you used the word echo maybe. But dealerships, as Alan said, are now opening, our volumes are back. So I wouldn’t think that going long term, we would see much of an impact, if anything, from just this blip in the last couple of months there, March, April.

————————————————– ——————————

Gary Kent Ransom, Dowling & Partners Securities, LLC – Partner [42]

————————————————– ——————————

Okay, that’s fair.

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – President, CEO & Director [43]

————————————————– ——————————

Yes, Richard. Oui. What I’d also add is, if you look at car sales, car sales are still down a little bit, but our volumes have more than recovered, which is what we normally see in economic downturns. Dealers work harder to place our products when they’re having fewer car sales, and we’re definitely seeing that in June, July.

————————————————– ——————————

Gary Kent Ransom, Dowling & Partners Securities, LLC – Partner [44]

————————————————– ——————————

And one more over on the renters product. We had a public company or an IPO of Lemonade with a new technology. And I wondered if — how you think about that. If that’s a threat at all? Or just if you have any comments about it?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – President, CEO & Director [45]

————————————————– ——————————

Oui. We spend a lot of time looking at our markets and potential new entrants and any changes in the marketplace. And what I would say is over the last couple of years even as new entrants have come in, we have continued to outgrow the market and gain market share. And it’s really a function of our strength in distribution as well as the investments we’ve made and continue to make in digital and CX. So we feel good about our position, and we expect continued growth in multifamily regardless of who’s entering the market.

————————————————– ——————————

Opérateur [46]

————————————————– ——————————

Our final question comes from Mark Hughes of Truist Securities.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Research Division – MD [47]

————————————————– ——————————

Oui. The typical penetration when we think about the Sprint customer base, are you able to share what their current penetration is in terms of service contracts? Or just broadly speaking, what might one expect? We look at their overall subscriber count, but presumably some portion of that are actually going to be service contract customers, the right ratio to think?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – President, CEO & Director [48]

————————————————– ——————————

Oui. Without commenting on a specific client because we normally don’t do that, if you look at the U.S., the average penetration now for our product is, call it, roughly high 40s, high 40s percent. So you could assume something like that over time for new clients as well.

————————————————– ——————————

Mark Douglas Hughes, Truist Securities, Inc., Research Division – MD [49]

————————————————– ——————————

And then NatGen, the — their acquisition by Allstate, do you expect Allstate to do anything here in the lender-placed market?

————————————————– ——————————

Alan B. Colberg, Assurant, Inc. – President, CEO & Director [50]

————————————————– ——————————

I couldn’t really speculate on what Allstate might do. What I would say is we are in a very good position, right? So we mentioned on the prepared remarks that over the last year or so, we’ve renewed 80% plus of our tracked loans. That was in part as we’re rolling out our new technology, which is a real differentiator. We wanted to work with our clients to make sure our business was solid and in place. So I think our track record speaks for itself. And we feel like we have a strong and compelling proposition, no matter who we’re competing against.

D’accord. I think that’s it for questions. So I want to thank everyone for participating in today’s call.

In summary, we had a strong second quarter and a strong first half of the year. We will continue to monitor trends in the global market related to COVID-19, but we believe we are well positioned to deliver on our strategy and financial objectives, both in 2020 and beyond.

We’ll update you on our progress on our third quarter earnings call in November. In the meantime, please reach out to either Suzanne Shepherd or Sean Moshier with any follow-up questions. Merci tout le monde.

————————————————– ——————————

Opérateur [51]

————————————————– ——————————

Je vous remercie. This does conclude today’s teleconference. Please disconnect your lines at this time, and have a wonderful day.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *