Simulation Assurance santé – Nouvelles sur les soins de santé du Congrès, de la Maison Blanche et des États


Dose de cette semaine: Les comités de la Chambre ont fait avancer la législation pour faire face à la facturation surprise, et la Maison Blanche a publié le budget du président pour l’année fiscale (FY) 2021.

Congrès

Législation sur la facturation surprise avancée à la Chambre. Les comités de la Chambre de l’éducation et du travail et des voies et moyens ont procédé à des majorations de leur législation sur la facturation surprise cette semaine, ce qui pourrait faire un pas de plus vers un accord final (lire nos résumés des majorations sur l’éducation et le travail et les voies et moyens ici). Des différences importantes subsistent dans la manière dont les factures résolvent les litiges de paiement entre les assureurs et les prestataires. La proposition sur l’éducation et le travail (HR 5800) est sensiblement similaire aux propositions avancées par les comités de la Chambre de l’énergie et du commerce et de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions du Sénat (HELP), établissant un taux de référence pour les services hors réseau inférieurs à un dollar spécifié seuil, puis par défaut à une option d’arbitrage comme un filet de sécurité dans les cas de plus haut dollar. La proposition des voies et moyens (H.R.5826) établit un processus de négociation et de médiation en plusieurs étapes pour que les assureurs et les fournisseurs atteignent un taux convenu, et ne comprend pas de référence fédérale. La division sur l’opportunité d’inclure un taux de référence reste le principal obstacle à la conclusion d’un accord final. Bien que la Maison Blanche ait manifesté son opposition à l’approche des voies et moyens, affirmant que la surutilisation de l’arbitrage pourrait faire augmenter les coûts des soins de santé, le président Trump tweeté cette semaine, il veut un compromis bipartite sur la question. Les législateurs de la Chambre sont sous la pression des dirigeants pour parvenir à un accord avant le 22 mai, lorsque le financement d’une liste de programmes de soins de santé sera épuisé. Les économies générées par un correctif de facturation surprise pourraient aider à financer l’extension de ces dispositions expirantes. Le Congressional Budget Office (CBO) estime que le projet de loi sur l’éducation et le travail permettrait d’économiser environ 24 milliards de dollars sur 10 ans (sans surprise, à peu près la même estimation que le CBO a donnée au paquet Énergie et commerce / HELP), tandis que le projet de loi sur les voies et moyens permettrait d’économiser environ 18 milliards de dollars sur cette période.

Le Sénat continue de se débattre avec la législation sur les prix des médicaments. L’année dernière, le président du comité des finances du Sénat, Chuck Grassley (R-IA) et le membre du classement Ron Wyden (D-OR) ont présenté la Prescription Drug Pricing Reduction Act (S. 2543), qui comprend des dispositions visant à améliorer la transparence des prix des médicaments et à accroître l’accès à drogues génériques. Le projet de loi établirait également une sanction pour les sociétés pharmaceutiques qui haussent leurs prix au-dessus du taux d’inflation, une politique à laquelle de nombreux républicains s’opposent. Le projet de loi a été approuvé par la commission des finances en juillet dernier, mais avec seulement six républicains votant pour et neuf contre. Il a été rapporté cette semaine que le président Grassley travaillait pour obtenir plus de soutien républicain pour son projet de loi, faisant valoir que le désir du public d’agir sur le prix des médicaments devrait motiver les républicains qui sont prêts à être réélus. La sénatrice Martha McSally (R-AZ), qui fait face à une campagne de réélection difficile, a approuvé le projet de loi cette semaine. Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-KY), a jusqu’à présent refusé de soumettre le projet de loi à la parole, invoquant un désaccord au sein du parti. Le président Trump a appelé à plusieurs reprises le Congrès à adopter une réforme bipartisane de la tarification des médicaments, et le secrétaire du Département américain de la Santé et des Services sociaux (HHS), Alex Azar, a déclaré cette semaine que le budget de l’administration pour l’exercice 2021 soutenait une législation bipartisane sur la tarification des médicaments comme le plan Grassley-Wyden. Comme pour la facturation surprise, les législateurs sont sous pression pour parvenir à un accord afin d’utiliser les économies attendues pour compenser le coût des autres priorités de financement avant l’échéance de mai.

Administration

La Maison Blanche a publié le budget de l’exercice 2021. Le budget de 4,8 billions de dollars du président demande 94,5 milliards de dollars en autorisation budgétaire discrétionnaire pour le HHS, ce qui représente une baisse de 10% par rapport au niveau de 2020, et propose des économies ciblées de 1,6 billion de dollars dans les programmes obligatoires des Centers for Medicare et Medicaid Services (CMS) au cours de la prochaine décennie . Le budget du HHS comprend principalement des propositions législatives, ce qui signifie qu’une action du Congrès serait nécessaire pour mettre en œuvre bon nombre des priorités de l’administration. Ces propositions visent à réduire le coût des médicaments sur ordonnance, à réduire les dépenses de Medicare en réduisant les paiements à certains établissements et fournisseurs, à réduire les dépenses de Medicaid en resserrant les conditions d’éligibilité et en abordant l’accès aux soins de santé en milieu rural. Le budget est léger sur les dispositions réglementaires, que l’Administration estime qu’elles pourraient avancer en vertu de ses propres pouvoirs existants. De nombreux observateurs s’attendaient à ce que le budget comprenne des dispositions liées au modèle de l’indice international des prix ou à d’autres mesures réglementaires pour réduire les coûts des médicaments. Au lieu de cela, le budget télégraphie le soutien à une législation pour lutter contre les prix des médicaments, appelant le Congrès à trouver une voie pour résoudre le problème. En fin de compte, le budget annuel de l’administration devrait être considéré comme un outil de messagerie: la plupart des politiques législatives ne seront probablement pas promulguées avec une Chambre des représentants contrôlée par les démocrates, et l’administration est limitée dans ce qu’elle peut faire sans l’autorité du Congrès. Lors d’une audition de la commission des finances du Sénat cette semaine, le secrétaire Azar a défendu la demande de budget et a appelé le Congrès à adopter les propositions du président (lire notre résumé de l’audition ici). Cependant, comme les années précédentes, nous nous attendons à ce que le Congrès suive largement ses propres priorités dans la détermination du budget 2021. Lisez notre résumé complet du budget HHS du président ici.

États

Une partie de la dérogation controversée 1332 de la Géorgie est en suspens. La semaine dernière, CMS a suspendu l’examen d’une partie d’une demande de dérogation pour la Géorgie qui permettrait à l’État de passer de la bourse fédérale à un système dans lequel les consommateurs s’inscriraient à une couverture via des courtiers Web privés ou directement auprès des compagnies d’assurance. La dérogation remplacerait également les crédits d’impôt sur les primes et les réductions du partage des coûts établies par la Loi sur les soins abordables (ACA) par un programme d’aide financière géré par l’État, et permettrait à la Géorgie de plafonner le montant total de l’aide financière que les résidents pourraient recevoir. Enfin, la dérogation créerait un nouveau type de plan, appelé plan de santé non qualifié, qui pourrait imposer des débours plus élevés. Dans sa réponse à la demande de dérogation, la CMS a demandé des informations supplémentaires à l’État concernant la capacité de la dérogation à respecter les garde-corps de l’ACA, le processus de toute nouvelle détermination des subventions pendant ou entre les années du plan, des données supplémentaires sur les caractéristiques de la population affectée et des informations concernant offres d’assurance parrainées par l’employeur dans l’État. De nombreux experts juridiques ont soulevé des questions sur le pouvoir de la CMS d’approuver le plan pour la Géorgie, et il n’est pas clair si des informations supplémentaires fournies par la Géorgie seront suffisantes pour amener l’agence à approuver la dérogation. Si la dérogation est approuvée, il est presque certain qu’elle fera face à des contestations judiciaires. Dans le cadre de sa demande de dérogation 1332, la Géorgie a également demandé l’autorisation de mettre en place un programme d’État de réassurance. CMS a autorisé cette partie de la demande à aller de l’avant et acceptera les commentaires sur la proposition de réassurance jusqu’au 7 mars 2020.

Coups rapides

  • Le Sous-comité de la santé de l’énergie et du commerce de la Chambre a examiné une législation visant à améliorer l’accès des femmes aux soins de santé génésique.

  • Les sénateurs Chuck Grassley (R-IA), Ron Wyden (D-OR), Todd Young (R-IN) et Ben Cardin (D-MD) ont envoyé une lettre au United Network for Organ Sharing (UNOS) demandant des informations sur UNOS «surveillance des organisations de prélèvement d’organes. Selon la lettre, des rapports récents ont documenté «des lacunes dans la sécurité des patients, une mauvaise utilisation de l’argent des contribuables et des dizaines de milliers d’organes non récupérés ou non transplantés». Les sénateurs demandent une réponse à leur enquête d’ici le 1er mars 2020.

  • CMS a publié son projet d’enquête sur les données de coût d’acquisition du 340B. L’enquête demandera aux hôpitaux de déclarer le coût d’acquisition moyen de certains médicaments achetés dans le cadre du programme 340B au cours du dernier trimestre de 2018 et du premier trimestre de 2019. Les commentaires sur la proposition doivent être présentés le 9 mars 2020.

  • La CMS a émis une demande d’informations sur les moyens d’améliorer l’accès à la santé maternelle, la qualité et les résultats dans les zones rurales. Les commentaires sont attendus le 12 avril 2020.

  • Une cour d’appel fédérale entendra des plaidoiries le 17 avril 2020, dans une affaire visant à savoir si la CMS a le pouvoir de réduire les paiements à certains établissements hospitaliers hors campus en 2020. La politique dite de site neutre a été bloquée par les tribunaux en 2019, mais malgré le renversement de la politique de 2019, la CMS a poursuivi les coupes en 2020 et a dû faire face à l’opposition continue des groupes hospitaliers.

  • Une cour d’appel fédérale a annulé l’approbation par l’administration Trump des exigences de travail de Medicaid en Arkansas, confirmant la décision d’un tribunal inférieur. Cette décision rapproche la question des exigences de travail de Medicaid d’un éventuel examen par la Cour suprême des États-Unis.

Ressources M +

  • Le dernier épisode du Breakroom sur les politiques de santé se penche sur la question de l’accès à la santé en milieu rural et examine les moyens pour les parties prenantes de s’engager sur la question cette année.

  • Pour vous aider à garder une trace des nombreux éléments réglementaires à l’ordre du jour, notre calendrier réglementaire documente les dates prévues des règles, la période de commentaires, la date finale des règles et la date d’entrée en vigueur des règlements annuels sur le système de paiement.

  • Les élections fédérales se profilant plus tard cette année, le moment est venu de revoir le pouvoir de la Congressional Review Act (CRA). Notre résumé donne un aperçu de l’ARC et de la façon dont elle peut façonner l’élaboration des règles cette année.

  • Pour toutes nos dernières prévisions sur le paysage 2020, assurez-vous de suivre notre page Policy Forecast.

Diagnostic de la semaine prochaine: Le Congrès suspend ses travaux pour une semaine de congé pour la journée des présidents.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *